-78%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
23.95 € 110 €
Voir le deal

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Eric29 le Jeu 18 Nov 2010, 18:38

Bonjour, comme déjà dit dans un autre post, un massacre de 42 civils dû à l'action imbécile d'un résistant de dernière heure:
Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU 5al1ft la grange où ont été tués et retrouvés les civils

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU 21k01n5

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU 98wmtu , de l'autre côté de la route, la stèle

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU 21lschw

Voilà, jamais l'auteur du coup de feu contre le guetteur allemand n'a été identifié, de même qu'il ne s'en ait jamais vanté!
Eric29
Eric29

Nombre de messages : 668
Age : 56
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Penguerec Gouesnou

Message  Invité le Jeu 01 Sep 2011, 12:37

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Balade17

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Balade18

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Balade19

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Balade20

Cordialement
M

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Eric29 le Jeu 01 Sep 2011, 14:46

Salut Martial, j'avais déjà fait un post là dessus!!!

https://bretagne-39-45.forums-actifs.com/t1073-stele-de-pen-guerec-a-gouesnou
Idea
Eric29
Eric29

Nombre de messages : 668
Age : 56
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Eric29 le Jeu 01 Sep 2011, 18:39

Pourquoi le supprimer, t'as bossé aussi, l'admin ou un modo peut-il les fusionner ? merci !

En complément, l'histoire locale veut que ce se soit les personnels de la batterie Flak de Roch Glas qui, en se repliant, ont commis ce massacre ,
je sais qu'à la fin les personnels marine étaient doublés par des paras, quelqu'un a-t-il des infos là-dessus?
Eric29
Eric29

Nombre de messages : 668
Age : 56
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Invité le Ven 02 Sep 2011, 08:53

Bonjour à tous,

et merci Eric. J'aime bien la petite info au sujet des servants de la batterie, je vais chercher.

Cordialement
M

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Yannig du 22 le Ven 02 Sep 2011, 10:21

Salut tous les deux,

en relisant la page 563 de "La Bretagne à l'épreuve" vous y trouverez de bonnes pistes. En effet Alain Le Berre s'oriente vers un détachement de la Kriegsmarine notamment la 9°U-BootFlotille commandée par l'Oberleutnant zur See MULLER. Son orientation est appuyée par le KTB Seeko Bretagne en p 227. Il n'exclut pas pour autant une participation d'éléments de la 343 Inf Div mais semble exclure ceux de la 266 Inf-Div.
Peut être que des éléments de la 9°Flotille de U-Boot avait un détachement de la Marine Flak Artillerie 805 ce qui est finalement raisonnable à penser.

Bonnes recherches

Amicalement

_________________
Yannig Mil

Je recherche toutes informations concernant les 266°et 77° Infanterie Divisionen y compris de simples détails. Merci d'avance

Yannig du 22
Yannig du 22
Modo

Nombre de messages : 2193
Age : 49
Localisation : ST BRIEUC
Date d'inscription : 25/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Invité le Ven 02 Sep 2011, 10:40

Bonjour yannig,

effectivement de bonnes pistes dans le livre merci.

moi j'ai ceci:

Yves Lamour, témoin et maire : « Resté seul au milieu de la place de Gouesnou et pressentant qu’un malheur allait arriver je priais mes concitoyens restés à leur fenêtre par curiosité de se retirer et de fermer leurs portes, tandis que moi-même je m’abritais dans une maison voisine (…) Il n’y eut aucun témoin oculaire de l’exécution. Je sais cependant que des militaires du poste de projecteur de Penguerec y ont participé car je les ai vu en action. Ceux de la batterie de Roch Glaz s’y trouvaient aussi. Le responsable serait un "lieutenant Muller" qui avait autorité sur toutes les formations du secteur de Gouesnou.

cordialement
M


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Yannig du 22 le Ven 02 Sep 2011, 14:25

Salut Martial,

le témoignage confirme les écrits et les recherches d'ALB. cheers

_________________
Yannig Mil

Je recherche toutes informations concernant les 266°et 77° Infanterie Divisionen y compris de simples détails. Merci d'avance

Yannig du 22
Yannig du 22
Modo

Nombre de messages : 2193
Age : 49
Localisation : ST BRIEUC
Date d'inscription : 25/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Invité le Ven 11 Nov 2011, 10:37

je suis passé devant cet été en revenant de la clinique de Keraudren, ça fait froid dans le dos, et puis tous ces gens portant des noms que j'ai connu.
Si mon père avait traîné par là ce jour, c'est sûr que je ne serais pas de ce monde.
Merci pour ces photos, et puis c'est vraiment bien de rappeler ce massacre de civils...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  hilarion le Mer 23 Jan 2013, 17:42

Bonjour
J'habite a 100 m de la stele
Je vous propose le texte sur le sujet qu' a ecrit Kristian Hamon sur ce massacre dont la base est un rapport du SRPJ sur les crimes de guerre en date du 28 octobre 1948


« Depuis le 1er août 1944, 8 parachutistes français récemment parachutés stationnaient à Bourg-Blanc à 2km de Gouesnou. Au courant de l’été, était installé un poste d’observation allemand dans le clocher de l’église. Le 7 août, vers 15h, alors que les alliés approchaient, les paras vinrent trouver le maire pour lui dire qu’ils avaient reçu l’ordre d’attaquer le poste d’observation qui gênait les mouvements de troupe alliés. A ce moment, les Allemands avaient abandonné le village de Gouesnou. Seuls restaient en place ceux du poste d’observation. Sans laisser au maire le temps de réfléchir aux conséquences pouvant résulter sur la population, les paras ouvrirent le feu en direction du clocher avec leurs fusils. Comme il fallait s’y attendre, leur fusillade fut vaine, car les 3 ou 4 allemands, bien abrités ne risquaient pas d’être atteints. Les paras décident alors de déloger les Allemands en les attaquant de l’intérieur de l’église. Les occupants se défendent à coups de grenades. Au cours de l’opération, un para est tué. Tout ceci n’a duré qu’un quart d’heure environ. Bientôt alertés par les Allemands assaillis, des renforts arrivent de toutes les directions par camions. Avant d’attaquer les paras français avaient négligé de couper les fils téléphoniques ! Ecrasés par le nombre les paras durent battre en retraite. Rendus furieux, les Allemands se livrent alors à des représailles sur la population. Ils fouillèrent presque toutes les maisons du bourg. Hommes femmes et enfants sont regroupés sous le porche de l’église à l’entrée du cimetière. Vers 16 heures, lorsque la fouille fut terminée les femmes et les enfants sont laissés sur place. Les hommes sont conduits bras levés vers le village de Penguerec par une dizaine de soldats allemands seulement pour toute escorte. En passant au lieu-dit « Le moulin neuf », le groupe s’arrêta sur ordre des allemands et ceux-ci prirent en charge sept autres civils français qui y avaient été conduits par d’autres allemands. Des passants réfugiés de Brest croit-on, avaient grossi le convoi en cours de route. Vers 18 h une violente fusillade éclata. Le son venait de la direction de Penguerec. Ce n’est que vers 20 h que les civils français purent se rendre sur les lieux. Ils constatèrent que dans la cour de la ferme Phelep, près du tas de fumier gisaient une quarantaine de cadavres affreusement mutilés. D’autre part, pendant que certains militaires allemands procédaient à des arrestations au bourg de Gouesnou, d’autres arrivant en direction de Lambézellec se livraient à un véritable carnage au village de Penguerec attaquant les habitants à coups de grenades et de rafales de mitraillettes. Les époux Philep périrent ainsi que leur fils pierre et leur fille francine. Le feu était mis à la ferme. Ainsi qu’à celle de M. Simon. Tandis que se déroulait ce carnage, deux soldats allemands faisant preuve d’humanité survinrent et s’opposèrent aux gestes meurtriers de leurs camarades. Ils profitèrent de la nuit pour transporter les blessés en lieu sûr. Il est établi que les militaires qui se rendirent coupables du massacre de Penguerec appartenaient à l’Infanterie de Marine : uniforme vert avec écusson portant une ancre de marine de couleur jaune. Ces tragiques événements se traduisent par l’exécution de 37 civils français, dont 7 inconnus. »

Voici également, le témoignage du maire, Yves Lamour, 69 ans : « Resté seul au milieu de la place de Gouesnou et pressentant qu’un malheur allait arriver je priais mes concitoyens restés à leur fenêtre par curiosité de se retirer et de fermer leurs portes, tandis que moi-même je m’abritais dans une maison voisine (…) Il n’y eut aucun témoin oculaire de l’exécution. Je sais cependant que des militaires du poste de projecteur de Penguerec y ont participé car je les ai vu en action. Ceux de la batterie de « Roch Glaz » s’y trouvaient aussi. Le responsable serait un lieutenant Muller qui avait autorité sur toutes les formations du secteur de Gouesnou. »

Autre témoignage, celui de Marie-Anne Le Ven, en religion sœur Paule, 46 ans, infirmière : « Arrivée à Penguerec j’ai constaté qu’un grand nombre de cadavres humains gisaient dans la cour des époux Philep à proximité du fumier. Les cadavres étaient encore chaux et ils étaient entassés pèle mêle. Ils constituaient un tas d’un mètre de hauteur environ. Je me suis assurée qu’il n’y avait pas de blessés parmi les victimes, pour ce faire j’ai du déplacer les corps. Toutes étaient mortes et portaient d’affreuses blessures, certaines étaient même décapitées, d’autres avaient les membres branlants qui ne tenaient plus que par leurs vêtements, bref en général les cadavres portaient des blessures qui témoignaient que les Allemands s’étaient acharnés sur leurs victimes. A mon avis ces blessures avaient été occasionnées par des grenades (…) Le lendemain j’ai essayé de rejoindre mes blessés mais cela me fut impossible car malgré ma tenue de religieuse et le brassard de la Croix-Rouge que je portais au bras, j’ai essuyé des coups de feu. Dans ces conditions j’ai du renoncer à ma tâche. Ceci explique l’état de fièvre dans lequel se trouvait Gouesnou à cette époque. »

Yvette Philep, 19 ans, institutrice à Guipavas : « Le 7 août vers 16 h je me trouvais avec mes parents à proximité d’un abri situé à coté de notre ferme au lieu-dit Penguerec en Gouesnou lorsque des militaires allemands que je ne connaissais pas s’approchèrent de nous et lancèrent des grenades au hasard sur notre maison et les divers bâtiments de la ferme. Mon père, ma mère, mon frère et l’une de mes sœurs qui se trouvaient à mes cotés furent atteints par les éclats et blessés grièvement puisqu’ils ne devaient pas survivre à leurs blessures. Moins atteint cependant, mon père réussit à s’enfuir à travers champs. Un sergent allemand le rejoignit bientôt et l’abattit à l’aide d’une grenade. Constatant que cette fois mon père était bien mort, ce militaire lui mit une grenade dans la poche. J’ignore pour quelle raison tous les Allemands qui se rendirent coupables de ces faits étaient complètement furieux. »

Charles Kerboul 48 ans, ouvrier à l’arsenal de Brest, est alors réfugié à Penguerec chez son beau-frère de la ferme Simon : « Un camion rempli de soldats allemands venant de Lambézellec. Arrivé à la hauteur de la ferme de Philep le camion a stoppé et les soldats en sont descendus. Quelques instants plus tard ils ont tué un sujet algérien qui était prisonnier depuis le matin et laissé là. Ces soldats mirent ensuite le feu. Mes deux filles se trouvaient chez M. Philep. Les Allemands se mirent à lancer des grenades sur la ferme. Ma fille Marie fut tuée sur le coup tandis que la petite Yvette âgée de 12 ans était gravement blessée. Elle put néanmoins malgré ses souffrances se traîner jusqu’à l’endroit ou je me trouvais. Je la pris aussitôt dans mes bras pour la transporter jusqu’à la maison mais un allemand en arme m’ordonna d’abandonner ma fille sur le champ. Malgré ses menaces je n’ai pas exécuté ses ordres et ai continué mon chemin. D’autres soldats se trouvaient à proximité et pendant que cette scène se déroulait, l’un d’eux se détacha du groupe en intervenant en ma faveur. Il me donna des pansements et m’aida a prodiguer les premiers soins à ma fille. Un peu plus tard, sur ordre des allemands, j’étais contraint de me rendre avec ma famille et deux des enfants Philep dans un champ à proximité. Il nous fut donné l’ordre de nous allonger tous à terre le long d’un talus et de rester dans cette position jusqu’à 20 h. Durant notre présence dans ce champ, vers 16 ou 18 h me semble-t-il, nous avons entendus le bruit des rafales de mitraillettes. Nous n’avons pu voir ce qui se passait. En quittant le champ vers 20 h nous avons constaté avec effroi qu’un monceau de cadavres se trouvait en bordure de la route de la ferme Philep. »

Autre rapport, rédigé cette fois par le secrétaire de marie de Gouesnou en 1944 : « A 9h30 le 7 août une auto de la Croix-Rouge française annonce l’arrivée des Américains qui seraient déjà à 2km au delà de Plabennec. Tous les gens de Gouesnou s’apprêtent à pavoiser. Philippe Fredour, notre chef de groupe qui était en rapport avec une section de parachutistes français (8 hommes) arrivés la veille prévient cette section que 5 allemands ont établi un poste d’observation dans le clocher. A 13h30 le lieutenant décide de supprimer le poste d’observation. Les Allemands amènent du renfort. Les paras se replient et attaquent un convoi allemand de charrettes contenant une vingtaine de soldats africains qui passaient sous escorte allemande. Un mort allemand laissé sur le terrain. Vers 14h30, après cette attaque tous les civils passant à Vourch-Coz en Gouesnou sont arrêtés par les Allemands par mesure de protection. Entre temps les soldats africains libérés du convoi allemand emportant des armes, se dirigent sur Brest par la ligne de chemin de fer. Ces soldats passent sûrement Penguerec vers les 15 h et sont ensuite faits prisonniers à nouveau à Kergroas en Gouesnou. Ces soldats ont-ils tiré en passant à Penguerec ? Se sont-ils accrochés aux allemands du projecteur en passant à Penguerec ? Tout laisse à supposer qu’il y a eu des tirs. Ces allemands étaient très énervés. Croyant avoir été victimes de « terroristes » et ne comprenant rien, ces boches sans nom, se ruent sur la ferme Philep. »

Il s’agit là d’un résumé de ces tragiques événements, l’enquête est assez volumineuse. Aux victimes, dont le nombre varie, mais c’est normal à ce moment, il faut ajouter une femme violée, deux fermes incendiées plus cinq maisons du bourg de Gouesnou.

hilarion

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 23/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Yannig du 22 le Jeu 24 Jan 2013, 08:36

Merci Hilarion pour cet extrait de rapport.

Cordialement

_________________
Yannig Mil

Je recherche toutes informations concernant les 266°et 77° Infanterie Divisionen y compris de simples détails. Merci d'avance

Yannig du 22
Yannig du 22
Modo

Nombre de messages : 2193
Age : 49
Localisation : ST BRIEUC
Date d'inscription : 25/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Eric29 le Jeu 24 Jan 2013, 13:23

Salut, que c'est pratique cette histoire de paras français que personne n'a jamais vu ni relevé les identités! Beaucoup mieux que de dire que c'est quelqu'un du pays qui a tiré!!Ensuite, la plupart des victims, n'étaient pas des gens de Gouesnou , mais des réfugiés, et c'est pour celà , qu'il y a eu des "inconnus", et ça c'est vérifiable! C'est vrai que dans ces années après guerre, il faut ménager les susceptibilités!!
Même les paras français, si tentés qu'il y en ait eu, devait rendre des comptes! et il existe ce qu'on appelle un JMO, journal de marche et des opérations, même les résistants, les vrais, en tenait un, bizarre de ne jamais l'avoir retrouvé!
J'ai discuté sur Gouesnou, avec des personnes ayant vécues ces évènements , et l'histoire des paras ne tient pas 5 secondes!
Il y a plein de non-dits, de légendes, et de silence sur cette histoire, le probléme c'est que les témoins, qui disparraissent peu à peu, ne veulent pas parler, car il y a des vérités qu'il vaut mieux cacher!
Eric29
Eric29

Nombre de messages : 668
Age : 56
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  hilarion le Jeu 24 Jan 2013, 13:42

Eric29 a écrit:Salut, que c'est pratique cette histoire de paras français que personne n'a jamais vu ni relevé les identités! Beaucoup mieux que de dire que c'est quelqu'un du pays qui a tiré!!Ensuite, la plupart des victims, n'étaient pas des gens de Gouesnou , mais des réfugiés, et c'est pour celà , qu'il y a eu des "inconnus", et ça c'est vérifiable! C'est vrai que dans ces années après guerre, il faut ménager les susceptibilités!!
Même les paras français, si tentés qu'il y en ait eu, devait rendre des comptes! et il existe ce qu'on appelle un JMO, journal de marche et des opérations, même les résistants, les vrais, en tenait un, bizarre de ne jamais l'avoir retrouvé!
J'ai discuté sur Gouesnou, avec des personnes ayant vécues ces évènements , et l'histoire des paras ne tient pas 5 secondes!
Il y a plein de non-dits, de légendes, et de silence sur cette histoire, le probléme c'est que les témoins, qui disparraissent peu à peu, ne veulent pas parler, car il y a des vérités qu'il vaut mieux cacher!

Il y a, certes, des non dits, mais le stick de l'aspirant Rosset, est appelé le 7 août pour libérer Gouesnou... Deux SAS vont mourir le sergent Rotenstein et le SAS Roger..

hilarion

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 23/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Eric29 le Jeu 24 Jan 2013, 13:54

OK, mais est ce marqué ou indiqué qu'ils ont attaqué cette sentinelle?
Eric29
Eric29

Nombre de messages : 668
Age : 56
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  hilarion le Jeu 24 Jan 2013, 14:51

Je pense que note ami GERFAUT veut nous parler de ce qui s'est passé le 18 aout 1944 où ne trentaine de personnes est enfermée dans une étable de la ferme Gourmelon au lieu dit Le Crann) .
Aux alentours de midi, les Allemands les font sortri, leur disent: "vous, Kaputt, Penguerec" et les conduisent vers le lieu de leur exécution.
Au Lantel, on les fait entrer dans une nouvelle grange (Le Hir) ou un groupe d'une vingtaine de personnes est déjà enfermé.
Pendant le transfert Charles Le Guevel s'évade, prévient la résistance. Cette dernière prévient les américains qui déclanchent un tir de barrage et une attaque du côté de Penhoat. Les Allemands quittent leurs otages en les laissant seuls, ce qui leur permet de s'enfuir.

Gouesnou a été le lieu de plusieurs actions de la part des troupes allemandes, la plus connue est le massacre de Penguerec attribué à la troisième brigade anti aérienne de la Kriegsmarine. Le nombre de victime a été arrêté à 76 morts dont 44 à Penguerec pour une population de 1500 habitants.

Dans son livre interdit à la publication Michel treguer, mentionnait aussi la rafle d'un bus le jour du massacre de Penguerec et la présence sur la stèle d'enfants tués pendant ce massacre.

Pour conclure Gouesnou est le théâtre de nombreux accrochages et l'on ne peut remettre en cause l'action des parachutistes comme facteur déclencheur de Penguerec. Pour ce qui est de l'affaire du 18 août 1944, il ne sont pas dans le coup. Attention à ne pas faire l'amalgame entre les deux

hilarion

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 23/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Yannig du 22 le Jeu 24 Jan 2013, 18:22

hilarion a écrit:Je pense que note ami GERFAUT veut nous parler de ce qui s'est passé le 18 aout 1944 où ne trentaine de personnes est enfermée dans une étable de la ferme Gourmelon au lieu dit Le Crann) .

Absolumment pas Hilarion : J'ai cité le livre "La Bretagne à l'épreuve" d'Alain Le Berre et Alain Le Grand qui en p 563 indiquent le décès de 42 civils à Penguérec suite à un massacre ocherstré par des éléments de la KM. Dans le journal de marche du Seeko Bretagne en date du 08 août il y est indiqué : Im Raum Gouesnou Heute 49 Terroristen niedergemacht. Le détachement est commandé par l'Oberleutnant zur See Muller de la 9° U-Boot Flotille.
Les auteurs du livre signalent que les quelques coups feu, isolés, anonymes qui ont abattu ici et là, dans le Nord-Finistère, des Allemands en retraitre vers Brest, sont en grande partie, sinon en totalité, à l'origine des atrocités.Le Commandant Faucher, commandant FFI de l'arrondissement de Brest, les redoutait et il s'était efforcé de les éviter. Cet officier avisé n'avait pas ordonné le déclenchement le 6 juin, du harcèlement de l'ennemi, le Plan rouge.
Le 05 août au moment du déclenchement de l'insurrection de Brest, il avait donné des consignes de prudence, pramagtiques dans le cadre de l'attaque des Allemands.

Cordialement

_________________
Yannig Mil

Je recherche toutes informations concernant les 266°et 77° Infanterie Divisionen y compris de simples détails. Merci d'avance

Yannig du 22
Yannig du 22
Modo

Nombre de messages : 2193
Age : 49
Localisation : ST BRIEUC
Date d'inscription : 25/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  iwann le Ven 25 Jan 2013, 17:17

Bonjour

J'ai trouvé le récit suivant dans le livre : Les Parachutistes SAS de la France Libre de David Portier.

"Le stick Gourko est largué à proximité de Gouesnou. Les parachutistes se regroupent rapidement, puis se dirigent vers une ferme. Accueillis et ravitaillés, ils décident d'installer leur base à proximité dans la bruyère et, à partir de là, de lancer des patrouilles pour monter des embuscades. De retour de patrouille le 7 Août vers 8 h, les SAS voient arriver à la ferme le maire de Gouesnou et un responsable FFI qui leur demandent d'intervenir pour leur village. Ils leur annoncent également que les Américains se trouvent à deux kilomètres au sud-ouest de Plabennec et progressent rapidement. En plein jour, il est trop risqué de s'aventurer sur les routes et le sous-lieutenant Gourko refuse de bouger trop tôt. Quelques heures plus tard, le responsable local FFI revient à la charge et demande aux parachutistes d'intervenir pour attaquer un groupe d'Allemands ayant installé un d'observation dans le clocher de l'église. Cette fois, Gourko finit par céder et, en début d'après-midi, les parachutistes entrent dans Gouesnou. Les habitants sont enthousiastes et commencent à fêter leur libération. Malheureusement l’attaque échoue : l’effet de surprise ne joue pas et des tireurs retranchés dans le clocher prennent à partie les parachutistes. De plus, ils parviennent par radio à demander des renforts. Les SAS sont alors pris en tenaille et peuvent difficilement progresser. Des Allemands sont installés dans les fossés et prennent la route en enfilade avec leur mitrailleuse. Le sous-lieutenant Gourko donne alors l'ordre de battre en retraite et les premiers hommes parviennent à décrocher sans trop de problème malgré les tirs nourris. Le SAS Chetcuti s'élance à son tour, couvert par le feu de ses camarades. Il atteint l'autre côté de la route où il retrouve Bastard, Camy, Fouillet et Pauli mais, derrière lui, le sergent-chef Lucien Rotenstein et Georges Roger sont abattus. Leur corps gisent au milieu de la chaussée. Le sous-lieutenant Gourko et ses hommes se replient alors avec des patriotes et reprennent tristement le chemin de leur base. Après le départ des SAS, les Allemands effectueront des représailles contre la population. Quarante-deux otages sont exécutés et plusieurs maisons sont détruites. La ville sera seulement libérée à la mi-septembre.
Dans l'après-midi, les SAS attaquent un convoi sur la route de Saint-Renan puis, en relation avec le stick Puidupin, ils rejoignent Le Folgoët où le capitaine Sicaud a établi son PC.
"

Yves

iwann

Nombre de messages : 451
Localisation : 56
Date d'inscription : 12/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Eric29 le Ven 25 Jan 2013, 18:51

Salut, donc, d'après ce livre, l'attaque des SAS a échoué et ce n'est donc pas eux qui ont "descendu" le ou les allemands du clocher!
Eric29
Eric29

Nombre de messages : 668
Age : 56
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Priol le Mer 05 Aoû 2015, 10:58

J'ai reçu le témoignage d'une jeune fille, Thérèse, qui habitait à l'époque sur la route de l'Aéroport, au lieu dit Keralenoc. Sa maison jouxtait la route. Le 7 Août elle part chercher de l'eau avec son broc. Il y avait le café Mouden à côté et des civils et allemands y sont et se rafraîchissent. Les allemands expliquent qu'ils sont bloqués et ne peuvent pas partir. Ils repartent ensuite à leurs positions (laquelle ?). La circulation sur la route est anormale, il y a beaucoup de passage. Un voisin avait creusé une tranchée, lui et sa famille s'y abritent ainsi que la mère et les sœurs de Thérèse. Quand Thérèse veut les rejoindre, des allemands déboulent (en moto sans s'arrêter) et l'un d'eux jette une grenade contre la façade de maison. Thérèse reste cachée dans la maison car elle ne peut sortir, elle se cache entre le sommier et le matelas. Par chance la grenade ricoche un peu plus loin et ne fait pas de dommage important.

Plus tard, une dame vient et dit que le Maire a dit de partir. Elle criait. Les quatre filles de la famille partent de la maison direction Plabénnec.

Un cousin Le Guen à la mère de thérèse est tué (fusillé) par les allemands à Penguerec. le fils du cousin est menacé aussi mais les civils du bourg supplient de le laisser en vie.
Priol
Priol

Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 04/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Priol le Mer 05 Aoû 2015, 23:35

D'autres éléments indirects. Je ne prétends pas qu'il y ait une corrélation entre ce que je vais citer et le massacre de Penguerec mais le rapprochement au niveau des dates, des lieux et des hommes, me laisse à penser que la fureur des allemands n'étaient pas spontanée mais la cause de plusieurs harcèlements consécutifs.

Un groupe de S.A.S sous les ordres du Lieutenant Rosset, qui est à la base chargé de protéger le pont Albert Louppe, effectue des actes de sabotages sur le secteur de Plabennec vers Brest. De plus, avec l'appui d'un groupe FFI de Gouesnou, ils sabotent la voie ferrée (départementale j'imagine) où un train chargé de matériels de DCA et munitions déraille au pont du Moulin vieux en Gouesnou.

A Kerlin et sur la côte 92 des véhicules allemands sont pris à parti par des FFI et S.A.S. Total, 8 allemands sont tués, 4 blessés et 3 prisonniers.

Deux blokhaus sont attaqués, toujours par les groupements S.A.S FFI, l'un au niveau de [lieu-dit indéchiffrable] à Gouesnou. 15 Prisonniers sont fait. L'autre bunker est situé à Kerdalen vers l'Aéroport de Guipas, 11 hommes dont un adjudant ont été capturés. L'ennemi a tué deux S.A.S lors de ces attaques. (A vérifier dans les pertes)

Ces actions sont comprises entre le 5 et 7 Août.

D'après Faucher, un groupe de S.A.S et deux groupes FFI attaquent le cantonnement et le poste d'observation ennemi du clocher de Gouesnou. 15 gradés et hommes sont faits prisonniers, le matériel de l'observatoire est détruit. Il évoque également les Nord-Africains qu'il dit avoir incorporés aux FFI.
Priol
Priol

Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 04/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  alain le Jeu 06 Aoû 2015, 19:40

Bonjour
J'ai la réponse dans les archives allemandes de Fribourg, publiée page 123 de mon livre :

Le 6 août 1944, des escarmouches ont lieu entre des parachutistes français et des parachutistes allemands. Appelés en renfort, la compagnie de sous-mariniers de la 1° flottille sous les ordres de l’Oberleutnant List, prend des civils en otage. 38 otages sont fusillés à Penguérec, où les Allemands ont déjà tué 4 membres de la famille Phelepp. Il y a en tout 42 victimes, dont 9 inconnus.
Ci-dessous, le communiqué de la 1° U-Flottille :
Ein Terroristendorf wird von einer Abteilung unter Führung von Oblt. List gestürmt. Im Festungsbefehl wird diese Leistung besonders gewürdigt. Oblt. List und einige Soldaten seines Stoßtrupps erhalten das E-K. (Eisernes Kreuz)
Un village de terroristes est pris d’assaut par une section commandée par le lieutenant List. Cette action est particulièrement appréciée du commandement de la forteresse. Le lieutenant List et quelques soldats de son groupe de combat reçoivent la Croix de Fer.
Note : Le lieutenant List sera fait prisonnier dans la poche du Conquet.
Alain

alain

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 23/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Priol le Jeu 06 Aoû 2015, 19:44

Merci Alain, par contre tu notes le 6 mais c'est plutôt le 7 je pense. En tout cas, bien sordide ce rapport allemand.

Bonne soirée

Kenavo
Priol
Priol

Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 04/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Eric29 le Lun 10 Aoû 2015, 15:41

Deux blokhaus sont attaqués, toujours par les groupements S.A.S FFI, l'un au niveau de [lieu-dit indéchiffrable] à Gouesnou. 15 Prisonniers sont fait. L'autre bunker est situé à Kerdalen vers l'Aéroport de Guipas,
Salut, je ne connais aucun blokhaus à GOUESNOU! Sur Guipavas , oui, ceux de la batterie Flak et ceux de l'aérodrome!
Eric29
Eric29

Nombre de messages : 668
Age : 56
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Priol le Lun 10 Aoû 2015, 18:21

Voilà le lieu-dit Indéchiffrable; si ça peut aider à situer ces bunker (ou points d'appuis temporaires).

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Lieu-d10



Priol
Priol

Nombre de messages : 157
Date d'inscription : 04/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Eric29 le Lun 10 Aoû 2015, 18:39

A keranguen, il y avait un projecteur DCA, avec un bâtiment en béton, vu le nombre de soldats, ça pourrait correspondre, et c'est entre GOUESNOU et GUIPAVAS!
Eric29
Eric29

Nombre de messages : 668
Age : 56
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU Empty Re: Stéle de Pen Guerec à GOUESNOU

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum