5.Fallschirmjäger-Division

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: 5.Fallschirmjäger-Division

Message  jeremiah29 le Ven 05 Oct 2012, 19:53

Yannig du 22 a écrit:Il ne peut s'agir de la 3./FAR 5 à la vue de tes docs, car on parle aussi bien d'un blindé que d'une batterie de para. Or au 15 juin, la Batterie Weber (sfl) est rattachée au I./FAR 5 avec la 1./FAR 5 et 2./FAR 5.

Panzerfaust a écrit:le feldpostnummer du F.A.R. 5 est L-63250 (celui que j'ai trouvé est L-63250-C) qui correspond à la 2.Batterie, I./F.A.R. 5 selon le rapport américain. ça ne correspond donc en rien avec celui que j'avais.

Salut les gars !
J'ai pas tout compris.... scratch
Yannig, tu parles de quels docs ?.. confused
et toi Antoine, tu dis que les FpN ne concordent pas... mais de quels n° FpN parles-tu ?..

_________________
Cordialement... Very Happy
Laurent

Nulla Dies Sine Linea (Pline)
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.Fallschirmjäger-Division

Message  Panzerfaust le Ven 05 Oct 2012, 20:00

Lo c'est parce que j'ai envoyé un n° de Feldpost écrit sur un document à la main, mais le problème c'est que ça ne correspond pas à ce qu'on devrait y trouver

le n° de feldpost inscrit (par un français à la main) est 4701 et juste à suivre c'est écrit (3ème Batterie parachutiste).
Le tout dans le secteur de Dol le 18 juin, donc logiquement on pensait à la 3.Batterie F.A.R. 5 mais le n° ne correspond (en rien) pas.
avatar
Panzerfaust
Admin
Admin

Nombre de messages : 1262
Age : 30
Localisation : EPINIAC (35)
Emploi/loisirs : Sans Emploi Fixe
Date d'inscription : 24/04/2008

http://www.329th-buckshot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.Fallschirmjäger-Division

Message  jeremiah29 le Jeu 06 Mar 2014, 09:58

Salut !

Ci-dessous, extraits du KTB Heeresgruppe B (Tagesmeldungen Ia) faisant référence à la 5.FJD :

Additif au Tagesmeldung 23.6 :
- FJR.15 avec un groupe précurseur (1 bataillon) 17 km nord-est de Avranches, 2.Marschgruppe 7 km au sud-est de Avranches. D'autres éléments dans le secteur de Jugon (20 km au sud-ouest de Dinan).

Tagesmeldung 24.6.44 :
- éléments du FJR.15 dans la région à l’ouest de Vire, d’autres éléments 10 Kms à l’est de Dinan.
- FJR.15 après son arrivée dans le secteur Saint-Lo / Périers en réserve de l’OB West.

Additif au Tagesmeldung 25.6. :
- FJR.15, I.Btl. secteur 10 km au sud-ouest de Saint-Lô, II.Btl. 5 km au nord-est de Percy, III.Btl. secteur 10 km au sud-est de Avranches.

Tagesmeldung 28.6.44 :
- Du FJR.15, 1 bataillon dans le secteur 13 km au sud-ouest de Saint-Lô, 1 bataillon 7 km au nord de Villedieu, le 1 bataillon 20 km au nord-ouest de Avranches.

Tagesmeldung 29.6.44 :
- FJR.15 arrivé sur zone d’opérations.

Tagesmeldung 5.7.44 :
Défense en éliminant la pénétration près de Culot et dans le secteur de La Poterie.
A cette fin, le FJR.15 est subordonné à la 77.ID pour une utilisation sur son aile gauche.
Le FJR.15 est subordonné à la 77.ID pour un emploi "modéré" (!).

Tagesmeldung 6.7.44 :
La 17.SS-PGD reste maître de Culot et a lancé une nouvelle attaque pour reprendre l’ancienne ligne de front. La 77.ID pourrait en arrivant vers Beaucoudray dans l’après-midi verrouiller la pénétration.
Le FJR.15 n’a pas réussi, malgré les contre-attaques ennemies pour la cote 122 à nouveau combattues par la 2.SS-PD depuis le secteur nord de Lessay, à reprendre la Forêt de Mont-Castre en raison de la puissante action de l’aviation ennemie.

Défense sur la précédente ligne de front et nettoyage des pénétrations sur le LXXXIV.AK par une contre-attaque du groupe de combat de la 2.SS-PD et du FJR.15.

Tagesmeldung 7.7.44 :
Alors qu’à l’ouest des Prairies-Marécageuse-de-Gorges, l’ancienne ligne de front a été reprise en majeure partie les 6 et 7 juillet lors des féroces combats en forêt du FJR.15 dans la région du Mont-Castre, et par la contre-attaque de la 2.SS-PD, la cote 122 a de nouveau été perdue dans la soirée du 7 juillet.

- 5.FJD depuis la région de Saint-Malo en marchant jusqu’au front nord du LXXXIV.AK, durée de marche 4 à 5 jours.

Les FJR.15 et 2.SS-PD ont établit la liaison dans l’attaque sur la lisière ouest de la Forêt du Mont Castre. Dans la soirée, la cote 122 a de nouveau été perdue.

Retrait de la 5.FJD du précédent KVA et dirigée vers le LXXXIV.AK.

Tagesmeldung 8.7 :
état des mouvements :
5.FJD : les mouvements de marches se déroulent comme prévu.
Secteurs atteint :
Stab FJR.13 secteur 15 km sud-est Villedieu, I./FJR.13 (éléments motorisés) secteur 8 km sud-est Villedieu, éléments à pieds du I./FJR.13 secteur Pontorson, III./FJR.13 secteur 15 km nord-est Avranches, unités régimentaires du FJR.13 8 km au sud d'Avranches.
Stab, unités régimentaires du FJR.14 secteur 15 km sud-est de Lamballe,
I./14 secteur 11 km nord-est Lamballe,
II./14 secteur 9 km nord-ouest Dinan,
III./14 secteur 15 km nord-ouest Dinan,
Fallsch.Pi.Btl.5 secteur 9 km sud-ouest Vire.

Tagesmeldung 9.7.44 :
État des mouvements de marche :
De la 5.FJD, sont arrivés :
- III./FJR.13 secteur 8 Kms au nord-ouest de Villedieu
- I./FJR.13 secteur au nord-est de Avranches
- Unités régimentaires du FJR.13 dans secteur de La Haye-Pesnel (12 Kms au nord de Avranches).
- Stab du FJR.14 avec unités régimentaires dans secteur 5 Kms au sud-est de Dinan.
- I./FJR.14 secteur 3 kms nord-ouest Dinan
- II./FJR.14 secteur 16 Kms à l’est de Dinan
- III./FJR.14 secteur 9 Kms au sud-est de Dinan
- Fs.Pi.Bat.15 secteur 15 Kms au nord de Villedieu

Tagesmeldung 10.7.44 :
État des mouvements de marche :
5.FJD :
- ont dépassé la ligne Villedieu-Granville :
Stab FJR.13, I./FJR.13 éléments motorisés et éléments à pieds, 13.FJR.13, 14./FJR.13 et 15./FJR.13, Fallsch.Pi.Btl.5 (prêt près de Périers).
- Secteur Épiniac :
Stab, 13./FJR.14 et 15./FJR.14
- Secteur Bonnemain :
I./FJR.14
- Secteur Pleine-Fougères:
II./FJR.14
- secteur Lanhélin :
III./FJR.14
(Localités entre Pontorson et Dinan.)

Tagesmeldung 11.7.44 :
De la 5.FJD, ont atteint :
Secteur à l’est de Coutances, Rgts.-Stab FJR.13, 2 compagnies des I./FJR.13 et III./FJR.13.

Tagesmeldung 12.7.44 :
En soirée, l'ennemi a réussi à pénétrer dans la pointe sud-ouest du Bois de Hommet et à prendre Le Glinel ainsi que le hameau du Hommet au nord-ouest de la grande route. Le FJR.13 (5.FJD) est prévu pour contre-attaquer.

Etat des mouvements de marche :
- 5.FJD :
- F.Pi.Btl.5 sur zone 8 Kms au nord-est de Periers.
- FJR.13 (sans II./Batl resté en arrière dans la Festung Saint-Malo) dans région La Chapelle-Lozon (10 Kms ouest-nord-ouest de Saint-Lô.
- F.Flak-Abt.5 (sans la 1.Batterie) et II./FJR.14 dans région au nord de la ligne Villedieu/Granville.
- Stab FJR.14, 13./FJR.14 et 15./FJR.14 dans région La Haye-Pesnel.
- I./FJR.14 dans région Subligny (6 Kms au nord de Avranches)
- III./FJR.14 dans région Fol Ligny13 Kms à l’est de Granville)
- 14./FJR.13 et 14./FJR.14, ainsi que 3./F.Art.Abt.5 toujours sur ancienne zone d’opérations (à enlever après arrivée de moyens de transport dans la nuit du 12 au 13 juillet.)

Tagesmeldung 13.7.44 :
Les Américains ont poussé plus loin leur attaque majeure pour percer à Saint-Lô des deux côtés de la Vire. Ils ont réussi au nord-est de Saint-Lô à élargir leur zone de pénétration. Une percée, cependant, pourrait être évitée. Entre Vire et Taute, l'ennemi a repoussé vers l'arrière nos propres lignes. À l’ouest de la Vire, les combats aux points de pénétration sont encore en plein essor. Des éléments de la 5.FJD rapprochée ont participé à ces combats.

À la lisière orientale de Les Champs-de-Losque, nos propres sécurités se tiennent le long de la route Le Désert / Les Champs-de-Losque attaquée par l’ennemi.
Notre propre contre-attaque est prévu par l’emploi d’éléments du FJR.13 depuis le sud contre la route Le Désert / Les Champs-de-Losque.
Au sud de Sainteny, l'ennemi a réussi une pénétration dans la région de Château d'Auxais.

Tagesmeldung 14.7.44 :
Le FJR.15 sous la conduite de l’Oberstleutnant Groschke a effectué, dans les combats sur le massif forestier du Mont Castre, une attaque bien gérée qui a rejeté l'ennemi de la ligne de front, et brillé également les jours suivants par une défense exemplaire.
Une mention dans le Rapport de la Wehrmacht est demandée.

Tagesmeldung 15.7.44 :
État des réserves :
I./FJR.15 en réserve de Korps du LXXXIV.AK dans la région à l’ouest de Amigny.
II./FJR.14 en réserve de Korps du II.FJ.KORPS.

Tagesmeldung 17.7.44 :
Structure actuelle : état au 16.7.44
Panzer-Lehr-Division : 2 régiments, le FJR.14, le Pi.Btl. Angers, un bataillon d’infanterie et un Pi.Bataillon de la 2.SS-PD et la Schnelle-Brigade 30 déployés sur le front.
17.SS-PGD : déployée sur le front avec le FJR.13.
77.ID : 2 bataillons et le FJR.15 déployés sur le front.

PC :
5.FJD : Savigny (8 Kms à l’est de Coutances).

Tagesmeldung 22.7.44 :
À la Panzer-Lehr-Division, la 5.FJD, la 17.SS-PGD et la 243.ID tirs de harcèlement de chaque côtés. Des poussées de reconnaissances ennemies ont été repoussées.

Déployés par la 5.FJD sur le front :
- FJR.13 et Fallsch.Pi.Btl.5
En réserve : FJR.15 dans la région de Hautteville.

Tagesmeldung 24.7.44 :
LXXXIV.AK : l’ennemi a attaqué à 13h00 après une très puissante préparation de l’aviation (tapis de bombardement effectué par 800 à 900 avions quadrimoteurs, l’attaque concentrée sur une bande de terrain étroite et profonde de 3 Kms, avec une puissante force d’infanterie et de blindés concentré au sud de Amigny sur le front de la Panzer-Lehr-Division et le secteur droit de la 5.FJD.

Tagesmeldung 25.7.44 :
A l’ouest de la Vire, l’armée américaine a lancé la grande attaque attendue sur une largeur de 10 kms. Un tapis de bombes de 1500 bombardiers sur la ligne de front principale et les positions d’artillerie ont précédé l’attaque et labouré les positions. Néanmoins, la première ruée a été repoussée de façon sanglante par la Panzer-Lehr-Division et des éléments de la 5.FJD. L’ennemi a répété son tapis de bombes avec la même force et relancé à nouveau l’attaque après des tirs de barrage et l’importante utilisation de bombardiers. Du fait de nos manques en hommes et matériels, l’ennemi a réussi une profonde percée.

Tagesmeldung 26.7.44 :
AOK.7 :
II.FJK :
La pénétration à Saint-Germain-d’Elle a été éliminée par la contre-attaque du FJR.15. La pénétration au sud-est de Saint-André-de-l’Epine a été verrouillée sur la ligne lisière sud du Bois de La Rillerie / Le Perron / Le Mesnil / Saint-Pierre / ancienne ligne de front.

La 353.ID a repris le secteur précédemment tenu par la 5.FJD.

Tagesmeldung 28.7.44 :
Une mention dans le Rapport de la Wehrmacht est demandée concernant le FJR.5 et son commandant le Major K. H. Becker, le FJR.9 et son commandant le Major K. Stephani et le FJR.15 et son commandant l’Oberstleutnant Groschke.

Tagesmeldung 3.8.44 :
Le Fallsch.Flak-Abt.5 détruit en 2 jours avec deux canons de 8.8 cm Flak et des moyens de combat rapproché 28 sherman et 4 véhicules, dont 21 pour l'Oberleutnant Marscholek. Une mention dans le Rapport de la Wehrmacht est demandée.

_________________
Cordialement... Very Happy
Laurent

Nulla Dies Sine Linea (Pline)
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.Fallschirmjäger-Division

Message  Panzerfaust le Mar 15 Avr 2014, 18:41

Je viens de relever ce passage, qui nous intéresse (enfin certains ici) :

Je crois que l’on avait indiqué le cantonnement du Fallschirm-Pionier-Bataillon 5 à Combourg, pour la période qui précède le départ de la 77.Infanterie-Division peu de temps après le débarquement.

J’ai relevé ce passage qui semble indiquer que la 2.Kompanie du Fallschirm-Pionier-Bataillon 5 était cantonné à Cuguen.

"
Trois mois de Terreur
Arrivée des Parachutistes
Le dimanche 7 mai 1944, vers 15 heures, trois sous-officiers allemands se présentèrent à la Mairie. Il s'agissait de préparer le cantonnement pour 250 officiers, sous-officiers et soldats qui allaient arriver incessamment. Tout le reste de l'après-midi, ce furent visites d'appartements, écoles, granges, remises. Ne trouvant pas les locaux nécessaires pour installer toutes ces troupes, ils nous accusèrent de mauvaise volonté et menacèrent de faire évacuer une partie du bourg et de prendre la place des habitants.
Le lendemain matin, vers 6 heures, une auto arrête au café joseph Hubert. Quatre officiers arrogants, accompagnés de trois sous-officiers de la veille en descendent; ils me font appeler, et l'un d'eux parlant assez correctement le français me dit que si le cantonnement n'était pas prêt à neuf heures, tout le village allait être expulsé ! " Toute porte doit nous être ouverte, dit-il, si nous en trouvons de fermées, nous avons des moyens de les ouvrir, y compris les grenades à main… compris ! " Les sous-officiers se mirent à nouveau à préparer le logement nécessaire.
Le soir même, la 2° compagnie de pionniers parachutistes U 4 arrivait en gare de Combourg. Tous les moyens de transport : Camions, autos, chevaux, charrettes furent requis pour transporter hommes et matériel de Combourg à Cuguen. Cela dura presque toute la nuit.
Le lendemain, l'installation continua, de nouvelles charrettes furent requises, et pendant un mois il fallut se soumettre à toutes les exigences des soudards. Les écoles publiques furent occupées et les classes furent installées dans le magasin de M. Baudour, dans la salle de M. Pierre Goron et chez Mme Ruan à la Massue. Une partie du matériel scolaire : cartes, livres, matériel de cantine, etc…furent mis à l'abri (du moins noous le croyions !) dans le grenier de la Mairie, dans les caves de l'école, pour en éviter la disparition. La Kommandantur s'installa au restaurant Adolphe Besnard, où, chaque jour, les autorités municipales furent obligées de se rendre.
L'atelier de M. Bourdon Ernest fut réquisitionné et pendant plus de quinze jours, des soldats fabriquèrent des caisses de toutes grandeurs, employant du bois à profusion. Un groupe de sous-officiers et soldats s'installa dans la maison et la boucherie de M. Chabot, alors prisonnier en Allemagne et malgré nos vives protestations et démarches, s'emparèrent de tout le matériel de boucherie. A chaque instant, il fallait trouver des tables, meubles, chaises et les transporter dans les maisons occupées par les officiers et sous-officiers, au gré de leur fantaisie.
De plus, journellement, il fallait procurer de nombreuses charrettes pour transporter caisses, matériel de toutes sortes, ravitaillement etc… Souvent à 4 ou 5 heures du matin, ou 9 ou 10 heures du soir, il fallait amener un certain nombre de charrettes sur la place, et cela, immédiatement et avec fortes menaces. Pour les trouver, il fallait généralement plusieurs heures ce qui mettait les "haricots verts" en rogne.
Bientôt, ils se mirent à creuser des tranchées, des abris, des trous pour mitrailleuses, aux environs du bourg. A la Pinderie, ils creusèrent un fossé anti-chars en bordure de la route, dans une prairie appartenant à M. Thebault Mathurin, installèrent des postes d'observations dans les arbres. Sur la route près du pont, à la sortie de l'étang, ils construisirent avec de gros pieds d'arbres profondément plantés en terre et reliés par des fils de fer un barrage antichars.
Quelques jours après l'installation, le commandant interdit de circuler après sept heures du soir, peu après ce fut l'interdiction de sonner les cloches. Une plate-forme fut installée dans le clocher pour y installer des mitrailleuses et surveiller les environs.
Les réquisitions de moyens de transport continuaient sans interruption. Le 18 mai, jour de l'Ascension fut une journée des plus mouvementées.
Les cultivateurs et les propriétaires de bicyclettes durent amener chevaux, charrettes, bicyclettes sur la place en vue d'un recensement général; un groupe de charrettes durent transporter caisses et matériel à Combourg. Ce jour-là, l'aviation fut très active; de nombreux appareils survolèrent la région et à plusieurs reprises tournoyèrent sur le bourg pendant le recensement des voitures et bicyclettes. Quelques soldats allemands tirèrent des coups de fusil dans la direction des avions pendant que les officiers se cachaient. A certains moments, nous avons craint une riposte, mais il n'en fut rien.
Sur la route de Cuguen à Combourg et à la Chapelle-aux-Filzméens, des camions furent mitraillés, plusieurs voitures chargées de matériel et de munitions furent incendiées; de nombreux chevaux furent tués. Près de Tréméheuc, des motocyclistes allemands furent tués. Quelques cultivateurs de Cuguen ne rentrèrent que dans la soirée, après avoir fait de grands détours sous la mitraille et par de petites routes.
Vers le 20 mai à 6 heures du matin, l'interprète et deux soldats arrivent en trombe à la Mairie. L'interprète m'apostrophe et me dit :
- "Ah ! Cette fois, vous allez encore dire que je vous em… !
- Qu'y a-t-il encore ?
- Voilà, il va falloir planter des poteaux tous les 5 mètres dans tous les terrains qui ont plus de 100 mètres de long et 100 mètres de large, où il n'y a pas d'arbres. Les propriétaires fourniront les poteaux et les planteront à un mètre de profondeur. C'est pour arrêter les parachutistes et les planeurs de descendre ! Il faut commencer tout de suite et dans dix jours tous les terrains doivent être remplis. Il sera payé une indemnité de cent francs par poteau ".
Après cela, il s'en alla avec ses deux soldats, visita les terrains environnants et revint à la Mairie donner les instructions nécessaires. Vers midi, il ne fallait plus planter qu'à 10 mètres, le lendemain à 20 mètres. Les ordres n'étaient pas exécutés et chaque jour de nouvelles notes arrivaient... Les boches devenaient furieux et menaçaient de prendre des sanctions. Quelques poteaux furent plantés; certains étaient tous justes bons à ramer des haricots ! Il fit recommencer et les boches restèrent à surveiller et aidèrent à la plantation.
Le 24 mai, une note fut envoyée aux maires de la région. En voici le texte :

A la Mairie de Cuguen
Par ordre de la kommandantur de Miniac, le maire ou le remplaçant est prié de se tenir prêt à 12 heures, heure allemande, le 26 – 5 – 44 pour une réunion dans la commune de Bonnemain. En outre les Maires des environs de la commune de Bonnemain se réuniront en même temps. Les Maires ou les remplaçants doivent se présenter à Bonnemain, ci-dessus à l'heure précise. Tous ceux qui n'exécuteront pas cet ordre seront sévèrement punis. Les petites communes qui n'ont pas reçu l'ordre doivent également assister à cette réunion.
Commandant de la place Signé : Illisible
Telle était la belle littérature allemande ! Le mieux est cette dernière phrase :
"Si vous n'avez pas reçu d'ordre, vous devez vous rendre à la réunion tout de même !
A cette réunion, furent renouvelés les ordres de plantation. Le travail devait être terminé pour le 20 juin. Mesure de poteaux : longueur 4 m 50; diamètre 15 cm. Mise des poteaux : 60 mètres de distance. Les poteaux sont à rendre pointus en haut et à enterrer à une profondeur de 1 m 50. pour chaque poteau enterré jusqu'à la date commandée, il sera versé 100 francs comme dédommagement pour le bois et le travail. Si les travaux ne sont pas exécutés jusqu'à la date commandée, leur exécution sera forcée sans égards et sans paiement !
Signé : illisible, commandant
Finalement environ 130 poteaux furent plantés dans une douzaine de parcelles de terrain, mais sans aucun paiement..
Depuis une dizaine de jours une partie de la compagnie allait s'installer sur la route de Rochefort et ce fut à nouveau le transport des bagages, vivres, caisses, munitions, matériel. La kommandantantur restait toujours installée au restaurant Besnard.
Dans les premiers jours de juin, ce furent les préparatifs du départ pour la région de Dinan."

Eugène Desvaux, Cuguen sous l'occupation nazie, 1948


Le 7 juin, des résistants tuent un allemand. Il est précisé qu’il s’agit d’un parachutiste dans le livre de Kristian Hamon « Agents du Reich en Bretagne » page 86 (Témoignage de Joseph Mollien, Fond Pétri aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine)

Le village est d’ailleurs tout près de devenir un Oradour-sur-Glane (avant l’heure). La population est rassemblée dans l’église, et maintenu un long moment à l’intérieur. Après des tractations entre les notables locaux et les allemands, les allemands n’incendient que la Mairie-école et trois maisons, dont les logements des instituteurs. (Du coup, les archives municipales sont inexistantes puisque tout à brûler).
Les informations présentées proviennent du livre de l’instituteur de la commune, Eugène Desvaux : « Cuguen sous l’occupation nazie ». Il avait écrit un journal avec des tas d’informations et avait pris le soin de le faire en double exemplaire, malheureusement, un exemplaire était chez lui et un autre à la mairie, et comme c’est expliqué, les deux exemplaires ont été brûlées dans l'incendie du logement d'Emile Desvaux et de la Mairie.

Il a toutefois réécrit les informations principales, et c’est maintenant en ligne ici : http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/LaFrance19391945/cuguen/Dossiers.htm
avatar
Panzerfaust
Admin
Admin

Nombre de messages : 1262
Age : 30
Localisation : EPINIAC (35)
Emploi/loisirs : Sans Emploi Fixe
Date d'inscription : 24/04/2008

http://www.329th-buckshot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5.Fallschirmjäger-Division

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum