Kernéis, François

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kernéis, François

Message  Maquisarde1944 le Lun 30 Nov 2009, 10:51

Je vais vous parler de mon arriére grand pére, que j'ai peu connu. Les seuls souvenirs que j'ai de lui ne sont pas les meilleurs. Puis une de mes tantes à retracé son histoires, entre les documents officiels et les photos de famille..... J'ai mis l'essentiel, si vous souhaitez un peu plus de détail, je m'arrangerai pour les mettre


Francois Kernéis

François Jean Marie a vu le jour le dimanche 4 août 1907 à 11 h00 du soir au Conquet , 10 mois après le mariage de ses parents ,fils d’Eugène Marie KERNEIS et de Marie Félicité NANCOU .

Il est incorporé à la caserne du 2e dépôt de Brest , surnommé la Cayenne, Groupe des Recrues, le 14 novembre 1927 à l’âge de 20 ans comme matelot de deuxième classe non breveté, jeune matelot de la classe 1927 de la subdivision de Brest.

Après le deuxième dépôt, il va rapidement à l’Aéronautique du deuxième arrondissement de Brest où il passe l’année 1928 et devient matelot de première classe sans spécialité .Il est en permission de 5 jours du 24 au 29 décembre 1928.

Le premier janvier 1929 le trouve encore à l’Aéronautique du deuxième arrondissement de Brest . Le 10 mai 1929, il est renvoyé dans ses foyers 19 rue St Marc à Brest, chez son père Eugène.

Le 3 octobre 1929, « rengagé pour trois ans avec ½ prime pendant un an et prime entière pour deux ans », le retrouve au deuxième dépôt de la deuxième compagnie à Brest et le 9 octobre « en feuille de route pour Lorient à destination de l’Ecole des fusiliers pour suivre le cours des fusiliers ». Il y reste jusqu’au premier juin 1930 date à laquelle, il obtient son BREVET ELEMENTAIRE à 23 ans.


Il est nommé le 1er juin 1930 à 23 ans comme « matelot de 2ème classe, fusilier » sur le navire « Mulhouse »

Il rembarque sur le cuirassé « Lorraine » bateau basé à Brest, après sa permission de 5 jours du 19 décembre au 4 janvier avec une promotion de « Quartier Maître fusilier » . Il y reste jusqu ‘au 15 avril, où il est en poste au Deuxième dépôt de Brest, en attendant son embarquement sur l’Armorique le 21 avril 1931 où il ne sera effectivement que le 5 mai. L’ »Armorique » est le vaisseau école de « l’Ecole des mousses ».



Retour au 3éme dépôt de Lorient, à l’école des fusiliers marins où François KERNEIS obtient son Brevet Supérieur de fusilier à 27 ans .
Il quitte le « Provence « pour le 2ème dépôt de Brest le 1er juillet 1937 avec une promotion au grade de « maître fusilier ».Permission de 4 jours qu’il passe à Brest 30 rue Bruat en famille.



Le 11 octobre 1937 , François part pour Lorient embarquer sur le contre-torpilleur « Mogador » comme Capitaine d’Armes « bidel », officier marinier supérieur chargé de la discipline. Remboursement des frais de route Brest-Lorient 59 Francs. .

Le bidel est le capitaine d’Armes d’un bâtiment, c’est à dire l’officier marinier supérieur chargé de la discipline.

Puis c’est le départ sur le Mogador. François ne sait pas qu’il ne reviendra à Brest qu’après la guerre. Avec lui, quelques uns qui ont survécu aussi au déchaînement de Mers-El-Kébir :


BESSON Robert Mlot Radio
COUCHOURON Roger Ing. Mécan. 2ème classe
GUIZOU Pierre Q/M Mécanicien
LEOST Jean Mtlot Canonnier
LORCET Jean Paul Q/M 2ème classe Fourrier
LUTHEROT Alexis Q/M Cuisinier
MEZAN Lucien Q/M Electricien
PORRI Jean Mtlot Fourrier
RICHARD Yvon
ALINAT J.



Le contre-torpilleur « Mogador » est au mouillage dans la rade de Mers-El-Kébir avec les cuirassés « Dunkerque », « Provence », « Strasbourg », « Bretagne », le porte-hydravions « Commandant-Teste », les contre-torpilleurs « Volta », « Terrible », « Lynx », « Tigre » et « Kersaint »
avatar
Maquisarde1944

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kernéis, François

Message  Maquisarde1944 le Lun 30 Nov 2009, 10:53

Et voici la lettre écrit sur Mers el Kkébir

Alger le 28 juillet (1940)
Ma chère Nono,
J’ai reçu ta lettre du 15 juin et celle du 18 juillet, je garde celle du 15 juin comme souvenir, car c’est celle ou tu parles le plus de la guerre car à cette époque je ne savais rien de la guerre, mais depuis j’ai compris que tous ce que l’on peut raconter n’est rien avec la réalité . j’ai aussi reçu la lettre double adressé à Toulon car il y avait le cachet du Georges Leygues.
Moi je me porte bien moral et physique a part quelque colique dues à boire de l’eau glacée car il fait bien chaud ici.
Ne trouves pas drôle de ne pas avoir eu de nouvelles plutôt car je n’écrivais pas car il n’y avait pas de communication avec la France, maintenant que ces repris je t’acherai de t’écrire presque tous les jours ou bien la veille du départ des paquebots. As tu reçu ma photo du début de juillet . Fais prier pour moi c’est extraordinaire le nombre de gens qui l’on fait jusqu’à une dame d’Oran qui a fait le vœu pour les maîtres du Mogador d’aller à Santa Cruz. Tous ensemble Lilas un de maîtres mécaniciens est mort et moi je ne suis plus à Oran.. Alors tu as fait une véritable course à pied pour aller à la chapelle de Bodonou, moi je savais que la guere finissait le 24 juin car la source de la chapelle de Ste Odile en alsace avait commencé à couler le 24 mars et la légende veut que cette source coule 3 mois avant la fin de la guerre , çà été vérifié en …14
Je suis content de savoir que le jardin rapporte, mets de côté des fèves sèches ainsi que les petis pois, çà servira à faire la soupe, cet hiver.
Tu dois remarquer que je t’écris des longues lettres maintenant que je sais que je n’écris pas inutilement, j’ai davantage de goût, je suis dans la caserne Pélissier artillerie de côte à Alger, c’est une caserne qui se trouve en pleine ville, mais au bord de l’eau , mais par moment il fait bien chaud aussi tu parles si je sue, mais j’ai trouvé à faire laver mon linge , c’est la moitié des misères qui s’en vont comme cela , il y a un premier maître fusilier comme capitaine d’Armes , mais c’est un réserviste qui habite Brest, il vat quitter dès qu’il pourra , ca fait que je peux être nommé ici pendant trois ans.
Maintenant je vais tacher de te décrire ce qui s’est passé à Mers–el--Kébir bien que le temps efface les impressions.
Depuis le matin du 3 juillet le anglais se promenaient devant Oran, il y avait trois gros cuirassés et des contr-torpilleurs à 10h30 on rappelle aux postes de combat, mais rien. les avions anglais pendant ce temps jettaient des mines magnétiques devant les soties d’Oran et de Mers –el-Kébir. Vers 17h00 une vedette anglaise est venue avec des parlementaires pour discuter à bord du Dunkerque, nous nous étions déjà dans les passes , paré à sortir .J’ai commencé à manger et soudain un coup de klaxon , rappel immédiat au poste de combat , j’avais à peine commencé à manger, il y a même qui n’avais pas voulu manger de peur d’avoir une congestion, en allant à l’eau car on savait qu’on allait à la boucherie . Arrivé aux mitrailleuses j’ai vu la vedette anglaise qui repartait mais aucun avion en l’air j’ai redescendu boire le reste de ma carafe pour me donner davantage de cran, le verre du condamné on aurait pu dire. Vers 17h55 je vois les obus anglais qui tombaient près de la digne de Kébir , j’ai compris que c’était un duel à mort , car le Dunkerque et Strasbourg étaie,nt amarrés à la digue mais l’avant tournés à l’envers du large c’est ç dire que les canons ne pouvaient pas tirer. .la deuxième salve à toucher la Bretagne tu parles d’un volcan de feu que cela a fait car les soutes à munitions étaient touchées, après une salve à tomber près de nous , l’amiral disait « trop court, mais la prochaine est pour nous « le commandant a demandé à tirer sur le H 69 le bateau anglais chargé de recueillir les parlementaires et aussitôt que l’on commence a tirer , les éclats d’obus et esl morceaux du Bretagne tombaient autour de nous, tu parles ce n’étaient pas beau et l’on reçoit un obus de gros calibre sur l’arrière , la tourelle 4 est en morceaux les 3 tonnes de grenades sous-marines qui se trouvaient là, explosent à leur tour . le pont se soulève et se rabat sur l’avant bref le bateau immobilisé, je regarde le long du bord et je vois la majorité de l’équipage à l’eau , je prend ma bouée de sauvetage et je vais sur le pont jetter des gros morceaux de bois à l’eau , pour ceux qui n’aurais pas pu nager étant blessés, car j’avais appris à nager a tout l’équipage, il n’y a eu aucun noyé à bord, c’est un record
Ensuite le sous chef d’éétat major m’a dit d’essayer de mettre la vedette à l’eau, j’ai commencé à larguer la vedette , mais aucun mécanicien pour faire manœuvrer la grue, pendant ce temps le capitaine canonnier demandait un torpilleur pour enlever les pountes des torpilles et Serret l’officier à la fois électricien et torpilleur quand il a entendu cela , il a enlevé son pantalon et il a sauter à l’eau , c’était bien ce que je pouvais compter d’un salaud comme lui, alors j’ai ramassé les blessés avec le second maître secrétaire j’ai tout mis la baleinière, blessés et ceux qui étaient avec moi , j’ai mis la baleinière à l’eau et j’ai descendu dedans , ca fait que je n’ai même pas mouiller mes pieds pour partir du bateau, j’ai envoyé les blessés à terre et j’ai découpé le veston et la chemise de l’officier fusilier car il avait le haut de l’épaule droite enlevé, , le maître mécanicien qui était brûlé , devait mourir 36 heures après, ensuite j’ai rassemblé l’équipage à la marine à Oran, j’ai fait manger et dormir tous ces pauvres types car plusieurs étaient à poil , car une jeune fille a même enlevé sa culotte pour donner à un marin qui était tout nu. J’ai resté 48 heures sans voir un officier du bord et pour un peu on m’aurait traiter de fainéant car ceux qui avaient sauté à l’eau dans les premiers, comme ils étaient fatigués dans l’eau, ils ont retourné à bord et sont considérés comme des braves, c’est toujours la même chose . je termine car le papier est plus petit que mes idées. à bientôt je vous embrasse François
avatar
Maquisarde1944

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kernéis, François

Message  Invité le Mer 02 Déc 2009, 10:52

Salut,
Fantastique cette lettre !!

il y a même qui n’avais pas voulu manger de peur d’avoir une congestion, en allant à l’eau car on savait qu’on allait à la boucherie .

Et boucherie ce fut ... presque 1,400 marins Francais assassinés dont + de mille sur le "Bretagne"

Tres poignant ... Merci de l'avoir partagé avec nous ...

yves

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kernéis, François

Message  Invité le Ven 19 Aoû 2011, 22:12

je ne pense pas qu'il faut dire que les marins Français ont été assassinés, et si ça l'est, ce sont les Anglais les criminels.
Curieuse façon de traiter nos meilleurs alliés de l'époque. L'amirauté anglaise n'avait pas le choix, il ne fallait pas que ces navires tombent dans les mains des boches, et puis les sommation ont été faites, le carnage est à mettre au crédit du vice-amiral d'escadre Marcel Gensoul et de lui seul...
mais beaucoup de gens pensent le contraire, la propagande marchait bien à l'époque.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kerneis françois

Message  LE BERRE le Sam 20 Aoû 2011, 07:54

Bonjour Arambol,

Au sujet de Mers-El-Kébir, le 3 juillet 1940, il est inexact de dire que les navires français allaient tomber aux mains des Allemands. Ils auraient été sabordés comme on l'a vu plus tard.

C'est Churchill lui-même, dans le périlleux contexte du moment pour la GB, qui a décidé de les faire couler par ses marins qui ont été écoeurés par cette mission.Tirer sur les camarades de la veille dans les combats dans le Nord, ils y répugnaient et étaient sincères. L'un des amiraux anglais a d'ailleurs été limogé.

Churchill a appliqué la vieille devise anglaise : "Right or wrong, my land". "Bon ou mauvais, vrai ou faux, mon pays d'abord!"
Evidemment la propagande de Vichy (10 juillet) s'est emparée de la triste affaire. MEK est un gros dossier. ALB.

LE BERRE

Nombre de messages : 198
Age : 70
Localisation : Finistère
Emploi/loisirs : retraité. Bretagne - Finistère 39-45. Mouvements d'unités. Combats de la Résistance. Guerre du renseignement. Combats navals. ATLWall.
Date d'inscription : 09/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kernéis, François

Message  Piat le Sam 20 Aoû 2011, 12:00

Le sujet de la Marine nationale pendant cette période pose questions , on ne parle pas du niveau des cadres , ils ont du chemin pour gagner le titre de Monsieur ( à part des exceptions ) .
Pourquoi Mers el kébir , pourquoi Toulon ?!?
Le Berre , le sabordage de Toulon n'est pas une réussite , certains navires vont renaviguer sous les couleurs de l'Axe , alors qu' une grande majorité d'entre-eux auraient pu combattre sous les 3 couleurs Crying or Very sad .

Piat

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 11/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kernéis, François

Message  Unstrut le Sam 20 Aoû 2011, 23:39

Bonsoir à tous,

N'oubliez pas que le raccourci historique tue l'Histoire. L'ultimatum donné à la flotte Française fut:

* rejoindre la Royal Navy dans sa lutte contre l'Allemagne
ou
* saborder ses bâtiments
ou
* accepter de gagner sous escorte un port Britannique, Américain ou les Antilles Françaises.

Malheureusement alors qu'un compromis semblait voir le jour et après prolongement du delai par Sommerville, les Britanniques captèrent le message radio de l'adjoint de Darlan qui faisait savoir à Gensoul que les escadres Françaises de Toulon et d'Alger se portaient à son secours. Devant cette situation, Londres ordonna à Somerville d'intervenir.

Je suis comme vous et l'émotion me gagne toujours quand je vois les images de cette flotte broyée et de ces corps de marins Français mazoutés. Mais au vu de l'attitude du Haut Commandement Français lors de la Bataille de 1940 Neutral silent .......Il était inenvisageable pour l'Angleterre de voir cette flotte Française se rallier à (ou cueillie par) la KM.

je vous met un très bon site sur ces événements study :

http://algeroisementvotre.free.fr/site0301/guer3945/merselke/mersel01/mers0004.html

PS/ il semblerait que l'option départ pour les Antilles Françaises n'ai pas été comprise par les responsables de la Flotte Française (problème de traduction!?)

Unstrut What a Face
avatar
Unstrut

Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 24/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

René Kernéis

Message  LE BERRE le Dim 21 Aoû 2011, 07:43

Bonjour Piat,

Soyons sérieux,

Est-ce que j'ai dit ou laissé entendre que le sabordage de la Flotte
à Toulon était une "réussite"? J'ose espérer que de ta part il ne s'agit
que d'une simple erreur d'interprétation de mes propos. ALB.

LE BERRE

Nombre de messages : 198
Age : 70
Localisation : Finistère
Emploi/loisirs : retraité. Bretagne - Finistère 39-45. Mouvements d'unités. Combats de la Résistance. Guerre du renseignement. Combats navals. ATLWall.
Date d'inscription : 09/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kernéis, François

Message  Maquisarde1944 le Lun 22 Aoû 2011, 11:14

Bonjour,

Afin de documenter votre connaissance sur ce sujet là,

Je vous conseil le livre de Georges PERRIN, Le sabordage de la flotte française à Toulon.



Cdt
avatar
Maquisarde1944

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 26/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

kernéis françois

Message  LE BERRE le Lun 22 Aoû 2011, 11:43

Bonjour Maquisarde,

Merci pour vos informations. J'ai beaucoup lu sur les combats sur mer en 39-45 et bien entendu sur les drames vécus par la marine française et ses équipages. Dans ma commune maritime, il y a plusieurs marins qui ont été tués à MEK.

Sur le sujet précis de notre marine durant la période, je possède pratiquement tous les ouvrages parus à ce jour. J'ai commencé à acquérir dès l'âge de 12 ans.

Bonne journée. ALB.

LE BERRE

Nombre de messages : 198
Age : 70
Localisation : Finistère
Emploi/loisirs : retraité. Bretagne - Finistère 39-45. Mouvements d'unités. Combats de la Résistance. Guerre du renseignement. Combats navals. ATLWall.
Date d'inscription : 09/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kernéis, François

Message  Piat le Lun 22 Aoû 2011, 12:19

Maquisarde, tu as aussi celui de henri NOGUERES "Le suicide de la flotte française à Toulon", le titre donne l'opinion de l'auteur ; pour Le Berre, désolé, je ne sais pas lire entre les lignes.

Piat

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 11/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kernéis, François

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum