561st Field Artillery Battalion...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Ven 24 Avr 2009, 14:19

Bonjour !..
Vu qu'il n'existe pas de section bien précise pour les unités d'artillerie US malgré leur rôle prépondérant lors des sièges de Saint-Malo, puis de Brest, sans oublier ceux, bien plus long, de Lorient et Saint-Nazaire, je commence ici un thème qui leur est consacré... Very Happy

Le 561st Field Artillery Battalion est un bataillon d’artillerie composé de cinq batteries, dont trois d’entre elles sont des batteries de tir qui possédent chacune quatre pièces de 155 mm, connues sous le nom de « Long Tom », tractées par un camion 6x6.
[img][/img]
Le 561st FA Battalion est connu sous le sobriquet de « Bastard Battalion » du fait qu’il n’ait été affecté à aucune division ou unité particulière. Il s'agissait en effet d'un bataillon formé pour agir en fonction de la situation, pouvant ainsi se déplacer pour fournir un appui-feu d'artillerie à une division dont la propre artillerie ne possédait pas assez de puissance de feu pour la mission.

Le 561st FA Battalion débarque à Utah Beach le 29 juin 1944. Dès ce moment, les hommes de cette unité seront continuellement impliqués dans les combats jusqu’à la fin de la guerre, le 8 mai 1945. Le bataillon participe à cinq campagnes majeures, dont les combats de Normandie, ainsi que la bataille de Brest.
D’octobre à décembre 1944, le 561st FA Battalion est en position juste à l’est de Saint-Vith en Belgique, près du village de Schlerbach, l’endroit précis où le Generalfeldmarschall Gerd von Rundstedt lance ses Panzers à l’attaque contre les lignes américaines lors de la Bataille des Ardennes.

JOUR APRES JOUR :
Mardi 1er août : Ce jour, le bataillon est rattaché au 202nd FA Group de la 79th Infantry Division, dépendant de la 3rd Army, ce qui indique un déplacement vers la péninsule de Brest. La colonne s’ébranle à 11h00 vers un nouveau secteur, le bataillon démarrant à 15h30, la batterie A en tête. L’itinéraire passe par Bréhal puis Granville, et converge deux miles en direction du sud vers une zone de campement à Saint-Planchers, à environ 10 miles.

Jeudi 3 août : Une reconnaissance est envoyée à 5h30. Le bataillon démarre à 7h00 en direction du sud par Sartilly puis Avranches, vers un campement à proximité de Pontaubault, à environ 15 miles. Il y reste jusqu’à 10h31, le trafic étant assez important et les routes ayant été bombardées la nuit dernière. Là, les 3 premiers prisonniers allemands sont regroupés. Après le dîner, une reconnaissance est envoyée vers l’avant. Le bataillon fait mouvement à 19h15 vers une position située 3 miles au nord-ouest de Fougères. Les hommes sont néanmoins les témoins d’un combat aérien près de Pontaubault, où 3 avions allemands sont abattus. La Luftwaffe se signale par de forts bombardements.

Vendredi 4 août : A midi, un message arrive indiquant de reconnaître une zone de campement en arrière, à proximité de Saint-James, suivi plus tard de l’ordre de faire mouvement. Cependant, le bataillon doit attendre l’arrivée des pièces de 155mm du 208th FA Battalion avant de pouvoir déplacer ses batteries, l’une après l’autre. La dernière batterie quitte définitivement sa position vers 20h45. Le campement est installé le soir à l’ouest de Saint-James. Durant la soirée, la Luftwaffe bombarde à volonté, tout autour du bataillon, en dépit d’importants tirs antiaériens.

Samedi 5 août : Un nouvel ordre de marche arrive à 4h30. Une reconnaissance est envoyée à 7h00, et le bataillon démarre à 8h45. l’itinéraire est balisé par le 202nd FA Group . Un campement est installé au sud de Sougéal.
Le soir, le bataillon prend position juste à l'ouest de Le Vieux Bourg, au sud-ouest de Miniac-Morvan. Le QG s’installe dans un château qui était auparavant un ancien QG allemand

Dimanche 6 août : Durant la nuit du 5 au 6 août, le bataillon passe à nouveau sous le commandement du 174th FA Group.
À Saint-Malo, il y a encore beaucoup de résistance. Le bataillon tire près de 500 coups durant l’après-midi, et ce jusqu'à 22h00, sur des batteries ennemies, des installations et autres, situés le long de la rive.

Mardi 8 août : Depuis 6h00 la veille jusqu’à ce matin, le bataillon a tiré 500 coups. La radio signale une contre-attaque allemande repoussée qui a tenté de couper les lignes américaines à Avranches. Des forces de reconnaissance poussent vers l‘intérieur des terres, Brest et Saint-Malo tiennent encore, mais la péninsule est coupée. Les Alliés se déplacent vers les bases de sous-marins à Saint-Nazaire et vers la Loire.

A suivre...
Very Happy Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  Panzerfaust le Ven 24 Avr 2009, 14:43

Tu as éventuellement une source ou alors ça provient de tes petits post-it?
avatar
Panzerfaust
Admin
Admin

Nombre de messages : 1262
Age : 30
Localisation : EPINIAC (35)
Emploi/loisirs : Sans Emploi Fixe
Date d'inscription : 24/04/2008

http://www.329th-buckshot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Ven 24 Avr 2009, 16:10

Salut !..
La source du "jour après jour" que j'ai effectivement omis de citer ( Embarassed ...) est le « World War II Diary du Major A. James Gordon Executive Officer au sein du 561st FA Battalion. »

http://561stfieldartillerybattalion.org/Personal%20Memoirs/WW%20II%20Diary%20of%20Major%20A%20James%20Gordon.pdf

J’ai cependant fais un tri dans les informations et gardé uniquement ce qui me semblait avoir un intérêt soit historique, soit géographique, ou tout simplement militaire.
J’ai de plus comparé les données avec d’autres sources trouvées sur la toile concernant cette unité pour quelques vérifications ou exactitudes. Dans le doute concernant la traduction de certaines phrases scratch , j'ai préféré les laisser de côté plutôt que d'en donner un sens erroné...

Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  Panzerfaust le Ven 24 Avr 2009, 17:01

A vrai dire, je me demandais d'où tu nous sortait un savoir aussi précis sur ce Field Artillery Battalion... si tu as d'autres liens intéressants, je pense ouvrir une sorte de post dans la rubrique lien internet qui regroupera les liens vers des documents comme celui que tu nous présente aujourd'hui.
avatar
Panzerfaust
Admin
Admin

Nombre de messages : 1262
Age : 30
Localisation : EPINIAC (35)
Emploi/loisirs : Sans Emploi Fixe
Date d'inscription : 24/04/2008

http://www.329th-buckshot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Sam 25 Avr 2009, 20:08

Bonsoir !..
Suite :
Mercredi 9 août : Une reconnaissance est envoyée à 10h15, et les batteries commencent à se déplacer par échelons à 11h00, la batterie A en dernière place à 14h30. Le déplacement ne fait qu'environ 5 miles. Le PC prend place à La Motte, un mile et demi à l’est de Châteauneuf et environ 5 miles au sud-est de Saint-Malo.

Jeudi 10 août : Le bataillon doit déplacer l'ensemble de ses canons d’environ 400 pieds sur la gauche afin de pouvoir viser des cibles dans l'estuaire de Saint-Malo.
Les Lts. Andrews et Ravey disparaissent en avion vers 12h20. Leurs corps sont retrouvés à bord de leur avion dans l'estuaire dans la soirée. La cause est inconnue, une collision avec un autre avion qui s'est aussi écrasé est supposée, ou alors des obus alliés. Les deux avions étaient bien à l'intérieur des lignes. L’heure de la mort des officiers est fixée à 12h30. Les combats dans Saint-Malo se poursuivent.

Vendredi 11 août : Un épais brouillard se lève vers 10h00. La perte de Andrews et Ravey attriste les hommes, et un petit service religieux est donné pour eux durant la matinée. Les combats de Saint-Malo sont désormais limités à la citadelle fortifiée. Un bombardement aérien a lieu sur Dinard vers 15h00.
Le bataillon s’attend à faire mouvement pour le lendemain, ou le jour suivant, vers Brest en vue de l'attaque.

Samedi 12 août : Un officier allemand sort de la citadelle avec un drapeau, se dirige vers l'un de nos PC. Les Allemands semblent déterminés à tenir le plus longtemps possible. On dit que le commandant de la garnison a perdu sa famille dans le bombardement de Berlin et préfère mourir au combat.

Dimanche 13 août : Près d’une centaine de bombardiers arrivent aujourd'hui avec comme cibles l'île et la citadelle de Saint-Malo, mais les Allemands continuent de résister au soir. Le bataillon tire sur Dinard et Saint-Malo durant la journée. Des explorations sont réalisées pour trouver des positions plus proches pour les canons.

Lundi 14 août : Très peu de tirs dans la journée. Le bataillon se déplace à 17h25, la batterie A en premier, puis la B, la C, le QG suivi par les services, et file vers le sud par Châteauneuf, puis traverse la rivière sur un pont à Dinan. De là, le mouvement file vers le nord à nouveau vers des positions à Tréméreuc à environ 5 miles au sud de Dinard. En position sur cette nouvelle zone jusqu’à environ 19h30.

Mardi 15 août : Les canons sont déplacés dans la matinée afin de couvrir la citadelle et l'île à Saint-Malo. Les positions du bataillon sont relativement plus proches de ce côté de la rivière. Des tirs sur les objectifs ont lieu dans la journée. La citadelle subi d’intensifs bombardements et des tirs de l'artillerie, mais apparemment sans véritable effet. Il s’agit là d’une merveilleuse fortification.
La radio signale des débarquements à grande échelle, durant la matinée, sur la côte sud de la France, entre Nice et Marseille.

A suivre...
Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Dim 26 Avr 2009, 20:28

Bonsoir !..
Suite :

Mercredi 16 août : Au cours de la matinée, la batterie B déplace deux canons vers Dinard pour avoir une vue directe sur la citadelle et, le soir, la batterie C en déplace également un du côté est de l'estuaire dans le même but. Depuis les postes d’observations, des Allemands sont aperçus allant et venant entre les obus. Le soir, le bataillon est détaché du 174th FA Gp, et rattaché au 333rd FA Gp. et à la 83rd Infantry Division. Toute la région est dégagée, sauf la citadelle et une grande île.

Jeudi 17 août : Les tirs directs frappent encore la citadelle. Que les occupants puissent tenir encore paraît incroyable. Alors que des P38 apparaissent armés de bombes au napalm, un drapeau blanc surgit de la citadelle, mais que deux bombes touchent néanmoins l’entrée principale. Seuls quelques Allemands en sortent. Les bombes incendiaires restantes sont larguées sur l'île de Cézembre. Dans la matinée, le bataillon reçoit l’ordre de faire mouvement vers Brest afin d’aider au nettoyage, soit un trajet d’environ 120 miles. Les canons en tirs direct ont fait du bon travail contre la citadelle.
La radio indique que l’invasion sur la côte sud progresse bien, environ 10 miles vers l’intérieur, ne rencontrant que peu de résistance.

Vendredi 18 août : Les ordres ont à nouveau changés durant la nuit, le bataillon ne bouge pas avant le lendemain. Il reste donc dans le secteur toute la matinée. Certains hommes se rendent à Saint-Malo, et visitent la citadelle qu’il est considéré comme un merveilleux endroit avec ses quartiers de vie, ses tunnels pour le ravitaillement, de l'éclairage, de l'eau, un système de communications, etc. Parmi les 605 hommes qui tenaient cet endroit, seuls 25 furent blessés.
La radio signale que le combat en Normandie est terminé, et que l’aviation a détruit ou endommagé 1800 véhicules ce jour.
Dans le sud de la France, les choses se déroulent bien.

Samedi 19 août : A 6h60, le bataillon se met en mouvement en compagnie du 333rd FA Gp. vers un campement près de Lesneven, au nord de Brest. Le convoi traverse Dinan, Lamballe, Saint-Brieuc, Guingamp, Morlaix jusqu’à Lesneven, atteint à 15h45, soit une distance de 125 miles. La batterie B récupère un canon en provenance de l'ancienne position, qui avait été endommagé et retiré pour réparation. Un canon de la batterie A, un de la batterie B et un de la C sont laissés en arrière de la colonne suite à des problèmes de moteur. La batterie G du 86th Chemical Battalion s'empêtre dans la colonne. Le bataillon a récupéré une ambulance allemande en plutôt mauvais état, ainsi qu’un grand bus, lequel est transformé en cuisine pour les officiers. De considérables coups de canon sont entendus vers Brest.

Dimanche 20 août : Aujourd'hui, le bataillon est en attente. Les Allemands tiennent un important secteur autour de Brest et sont estimés à peut-être 14.000 soldats. Ils bénéficient de nombreux emplacements d’artillerie et de puissantes fortifications.
Par ailleurs, les troupes américaines sont dans les faubourgs de Paris et ont traversé la Seine à un endroit en direction de l'est.

Lundi 21 août : Des reconnaissances sont envoyées à 10h00, puis une nouvelle fois vers midi. Durant l’après-midi, un ordre de mouvement arrive indiquant un prochain départ à 23h00. Le bataillon s’ébranle à 22h45, mais l’obscurité cause quelques difficultés. Ainsi, de nombreux canons et camions doivent être retirés des fossés. Il est même nécessaire de descendre des véhicules et marcher à certains moments afin de diriger les véhicules.

A suivre... Wink
Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Mar 28 Avr 2009, 08:30

Hello !..

La suite :
Mardi 22 août : Il est 4h45 quand la colonne atteint de nouvelles positions, après un trajet de 20 miles. Le bataillon est contraint de laissé en arrière un canon et un camion de la batterie A, ainsi qu’un camion de munitions et de deux canons de la batterie C dans les fossés jusqu'au petit jour. Un camion de la batterie C est détruit après qu’un tube de canon se soit enfoncé dans le radiateur du Mack. Un autre camion Mack est lui aussi endommagé, à cause d’un des camions de la batterie A qui s’est arrêté sans prévenir. Le bataillon s’installe vers midi, puis fait feu sur différentes cibles. La nouvelle position est située 2 miles au sud de Landerneau, 10 miles à l’est de Brest.

Mercredi 23 août : Pas beaucoup de tirs durant la journée. Le bataillon revendique cependant deux frappes contre un navire dans la rade et ainsi que quelques tirs de contre-batterie. Les Lieutenant Turner, Sawyer et Bolton sont tous blessés alors qu’ils se trouvent dans un poste d’observation. Sawyer et Bolton sont dirigés vers l'hôpital, même si aucun des deux n’est gravement touché. Turner a juste une éraflure à la jambe. L’artillerie légère et les mortiers remplissent leur mission. L’infanterie ne bouge pas très vite.
Les positions sont assez confortables, mais les civils Français y sont estimés trop nombreux. De nombreux Français libres (Free French) apparaissent, certains s’arrêtant le soir pour demander un peu d‘essence.

Jeudi 24 août : Quelques tirs ont lieu sur les batteries d’artillerie ennemies, les bateaux, etc.
A 13h00, des bombardiers Liberator arrivent et bombardent Brest. Plusieurs cas d’indiscipline sont signalés au sein du bataillon.

Vendredi 25 août : Afin de conserver une situation claire, le bataillon reçoit le rôle d’artillerie de soutien de la Task Force B opérant sur la péninsule de Daoulas. La Task Force A est sur la gauche du bataillon, et un Combat Team est de l'autre côté de la rivière progressant vers Brest.
Des officiers montent à 11h00 vers le poste d’observation n°5 d’où une MG les chasse, puis avancent alors vers le poste d’observation n°4 sur la cote 154.
Des bombardiers légers font leur travail, ainsi que des P47 qui eux plongent pour larguer leurs bombes. Le soir, les bombardements se poursuivent, et tout le ciel est illuminé.
Vers 23h05, le canon n°2 de la batterie A explose. Le caporal Smith, tireur, est tué sur le coup, 9 hommes sont brûlés et touchés par des éclats, 2 autres ont les jambes brisées. Le bataillon tire ce jour environ 700 coups.

Samedi 26 août : Encore plus de bombardiers au travail aujourd'hui, mais très peu de progression du côté de l'infanterie. Deux canons d’une batterie de 8 pouces rejoignent le bataillon aujourd'hui.
Le bataillon tire 500 coups durant cette nouvelle journée.

Dimanche 27 août : A nouveau, beaucoup de tirs d’artillerie et de bombardement aérien sur la région de Brest. La radio indique que des P47 ont coulé un croiseur léger allemand ainsi que d'autres navires.
Les canons de 8 pouces rattachés au bataillon appartiennent à la batterie A du 243rd FA Battalion. Ils ouvrent le feu dans la journée. La durée de vie de ces tubes est de seulement 400 coups, et ils doivent être reconfigurés à cause de l’usure après chaque coup tiré.

Lundi 28 août : La batterie de canons de 8 pouces ne fait pas grand chose. La batterie C est déplacé sur la crête durant l’après-midi juste à côté du poste d’observation n°4. Il est possible que le reste du bataillon y monte plus tard. L'infanterie continue à avancer en rampant derrière les tirs d'artillerie lourde et les bombardements aériens.
A la radio, il est reconnu que Brest résiste toujours.
Les mouvement en France ont un peu ralenti, mais les Allemands sont repoussés sur tous les fronts.

A suivre... bounce
Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Jeu 30 Avr 2009, 14:07

Bonjour !..

la suite :
Mardi 29 août : Au cours de la nuit, le bataillon a tiré à un rythme régulier à peu près 700 coups. Certains tubes des canons sont maintenant en piteux état. Durant la journée, une batterie de canons de 90 mm AAA est rattachée au bataillon, mais il s’avère que ses hommes ne connaissent rien aux méthodes des tirs d'artillerie. Le bataillon les installe près de la batterie C, puis le Group décide de les déplacer. Le bataillon se déplace vers 20h00 et envoie des reconnaissances plus en avant. Il en ressort que les Allemands ont soudainement renoncé à la péninsule et, qu’au soir, elle est dégagée.

Mercredi 30 août : Dans l’après-midi, le bataillon parvient à se débarrasser de la batterie AA, mais reçoit à la place la batterie B du 740th FA Battalion, composé d’obusiers de 8 pouces. Il faut aller à Landerneau pour la chercher. Là, de nombreux camions sont chargés de prisonniers. Les obusiers se mettent en position tard dans la soirée, un peu en avant du poste d’observation sur la cote 154. Les batterie A et B, ainsi que le QG, se déplacent jusqu'à l'arrière de la batterie C vers 16h45.
Les services restent en arrière pour la soirée, tout le reste se déplaçant vers 21h00 mais seulement sur environ 4 miles. Brest résiste encore fermement. Aujourd'hui, c'est le 60e jour du bataillon en France, sans temps mort.

Jeudi 31 août : Une inspection de toutes les batteries a lieu dans la journée, suivit d’un rapport, puis d‘une visite sur le poste d’observation n°5, à la lisière nord de Plougastel et au poste d’observation n°7 sur la pointe de la péninsule.
Les camions du bataillon aident au mouvement du 38th Infantry Regiment du côté de Brest dans la matinée.

Vendredi 1er Septembre : Les bombardiers arrivent plus tôt dans la matinée et l'attaque sur Brest commence dès 10h00. Les routes sont encombrées de civils français avec leurs grandes charrettes hippomobiles et leurs bicyclettes.
Un canon double de 105 mm, pivotant sur 360 degrés, est découvert dans une fortification bombardée.

Samedi 2 septembre : L’Executive Officer se rend à la piste d'atterrissage à l'est de Landerneau.
La radio indique que les troupes britanniques et américaines sont sur la frontière belge et se rapprochent de l'Allemagne.
Le bataillon fait beaucoup usage de ses pièces d’artillerie, et la batterie A n'a plus que 2 canons en état de faire feu. Le bombardement aérien de Brest se déroule malgré une météo pluvieuse. Peu d'opposition sur la presqu'île de Crozon, au sud du bataillon. Quelques LCI sont transportés et déchargés sur la rivière à Landerneau.

Dimanche 3 Septembre : Les positions avancées de la batterie A sont situées environ 3 miles à l’est de Plougastel. L'attaque s’est à nouveau ralentie, aussi le bataillon continue à tirer jusqu’à ce que la batterie A n’ait plus qu’un seul canon en état et la batterie B deux. Il a été promis au bataillon de nouveaux tubes.


A suivre.. Basketball
Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Dim 03 Mai 2009, 18:25

bonjour !..

la suite :
Lundi 4 septembre : Des reconnaissances sont envoyées à 8h00, puis la batterie C se déplace vers 13h00 vers une position à la lisière sud de Plougastel, et les batteries A et B se préparent à faire mouvement vers une nouvelle position à 16h00. Les batteries rencontrent quelques difficultés pour se mettre en position.

Mardi 5 Septembre : Vérification des canons de la batterie B durant la journée et retrait des 3 pièces du fait d'un danger potentiel lors du tir. La batterie A reçoit un nouveau tube, ce qui porte à 6 le nombre de pièces aptes au feu au sein du bataillon.
Dans l’après-midi, des bombardiers lourds et moyens et de P47 bombardent Brest, mais plusieurs sont abattus.
La radio signale que les britanniques ont libéré Bruxelles et Anvers et la majeure partie de la Belgique. Ailleurs, les forces américaines continuent de se déplacer malgré une résistance qui se durcit.
Dans la soirée, le Lt-Col. Bell parle au bataillon au sujet du pillage pratiqué par la troupe à Plougastel.

Mercredi 6 septembre : Visite des batteries A, B, C et du QG pour vérification des armes individuelles après le nettoyage. Puis, exploration sur la crête sur la rive nord à la recherche d’un nouveau poste d‘observation.
Durant toute la matinée et une partie de l'après-midi, les avions larguent leurs bombes.
Des rumeurs émanant du VIII.Corps ont pour sujet un transfert à la 9th Army en tant que troupes d'occupation. Le Colonel Flora descend du 8th Corps dans la soirée pour une inspection.
Tous les canons de la batterie C sont rappelés dans la soirée, jusqu'à ce que les services de maintenance puissent les vérifier.

Jeudi 7 Septembre : Des P47 bombardent en plongée tous la journée.
Les hommes du service de maintenance sont au sein du bataillon pour contrôler à nouveau les canons.

Vendredi 8 Septembre : A ce jour, le bataillon a tiré 14.000 coups.
La nuit précédente, vers 0h30, le bataillon a subi des tirs de contre-batterie du côté de Brest, bien dispersés sur son secteur, mais aucune victime n‘est à déplorer. Il s’agit probablement de tirs de 88 mm et 150 mm.
A nouveau, durant la journée, la ville de Plougastel est bombardée.
Des batteries sont rattachées au bataillon dans la matinée, la Batterie A du 243th et la batterie B du 740th.
Brest subi un terrible bombardement aérien, pilonnage d’artilleries et strafing depuis 10h00 dans la matinée. Des bombardements en plongée de P47 ont lieu toute la journée.
Le soir, le poste d’observation n°5 dirige la batterie C sur un point de repère pour deux coups, dont le second touche la cible. Dans la journée, le bataillon passe à la 9th Army.

Samedi 9 Septembre : Ramassage de deux corps américains situés près de la lisière est de la ville, dont on ignore s’ils sont là depuis longtemps.
La carte de situation montre beaucoup d'hommes aujourd'hui en Belgique et à proximité de la frontière allemande.
Dans le secteur de Brest, le combat se poursuit toujours lentement. Plousgatel subi des bombardements durant la nuit précédente, mais aucun réellement proche du secteur du bataillon. Il s’agit là de la troisième position depuis le commencement de l’action sur Brest. La première position a été occupé à partir du 22 août.
Le bruit court que la garnison allemande a reçu l’ordre de tenir 4 mois. Tard dans la soirée, les lignes du bataillon doivent se déplacer plus en avant.
La veille dans la soirée, un lieutenant allemand est arrivé en bateau pour se rendre ; quelqu'un a placé une torche sur la position du promontoire et un avion allemand est arrivé au dessus.
Ce soir, quatre Allemands sont signalés dans Plougastel.
Le bataillon se déplace en direction de Sainte-Christine afin d’améliorer la portée.

Dimanche 10 Septembre : Les artilleurs ont travaillé toute la nuit sur leur nouvelle position et, à 7h00, ils sont en train d’installer les canons dans des encuvements.
Une visite au poste d’observation n° 5 montre beaucoup de feux dans Brest, lesquels sont couvert par une épaisse fumée, car l’artillerie lance des obus de phosphore blanc. L'infanterie se déplace encore lentement. Des P47 procèdent à des bombardements au cours de la journée. Les obusiers de 8 pouces sont ajustés pour leur utilisation. Le soir, les responsables du bataillon sont informés qu’il va falloir dorénavant remplir des rapports d’après action.

A suivre... Arrow
Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Ven 08 Mai 2009, 17:06

Bonjour à tous !..

Suite :
Lundi 11 Septembre : Les batteries possèdent encore 5 canons aptes au tir, deux à la batterie A, deux à la batterie C et un à la B, mais les tubes et les culasses se détériorent un peu plus chaque jour. Dans l’après-midi et ce jusqu'à 17h15, le Lt-Col. Flora du 8th Corps visite le poste d’observation n° 7, la batterie d’obusiers et la batterie de canons.
Un spectacle pour la troupe se produit dans la soirée à Landerneau.
Dans le secteur du bataillon, les lignes se sont rapprochées un peu plus vers Brest. Plougastel apparaît comme une ville typiquement française avec ses rues étroites, maisons alignées sur la rue, toutes anciennes et faites de pierres, et de jolis jardins.
Dans la soirée, un inspecteur de la maintenance du Corps considère qu’un autre canon de la batterie A rempli les conditions de sécurité, ce qui donne au total 6 canons disponibles au sein du bataillon.

Mardi 12 Septembre : Les nouvelles du jour indique que la 1st Army est environ 8 miles à l’intérieur de l’Allemagne, près du Luxembourg. L’artillerie alliée bombarde la ligne Siegfried ; De durs combats ont lieu sur la frontière de la Hollande au croisement avec la Belgique.
Autour de Brest, les lignes se rapprochent progressivement. A 6h00, le total des tirs du bataillon s’élève à 17 276.

Mercredi 13 Septembre : Les nouvelles du jour signale que la 1st Army est rentré en Allemagne par un second endroit, et que la Second Army Britannique a réalisé de réels progrès le long de la frontière néerlandaise en direction de l'Allemagne.
Dans le secteur du bataillon, Brest est relativement calme. La 8th Infantry Division est sortie de la ligne de front, et fait mouvement vers Crozon.
Le bataillon ne procède à aucun tir durant la journée. Une lettre du Corps au sujet de l'état des canons arrive via le Group, indiquant qu’ils semblent considérablement usés, et comme ils sont dits endommagés en raison de l'absence de nettoyage, une enquête aura lieu.

Jeudi 14 Septembre : Pas de tirs pour les batteries durant la journée. A midi, la maintenance commence sur les canons l’étalonnage de la vitesse initiale. Un canon de la batterie A et deux de la batterie C partent vers l’arrière pour recevoir de nouveaux tubes.
Le Colonel Bell, de la Task Force B, se rend sur le poste d’observation n°5 durant un moment. Les troupes américaines sont dans Brest, et les artilleurs du bataillon ne peuvent plus faire feu là-bas, mais le soir des combats se déroulent encore dans la ville. De l’activité est signalé sur Crozon du fait des bombardements aériens.

Vendredi 15 Septembre : Une enquête est en cours au sujet des tubes des canons. Le Général Mc Mahon passe dans le secteur du bataillon dans la journée, mais ne le visite pas. Les hommes sont en train de rassembler leurs canons et regroupent les plus usés au sein de la batterie A.
La ville de Brest ne s’est pas encore rendue, et les progrès sont lents sur la péninsule de Crozon.

Samedi 16 Septembre : Le poste d’observation n° 4 est installé sur un nouvel endroit à la pointe de Doubidy. De leur côté, les Allemands tirent avec leurs 88 mm depuis la péninsule de Crozon sur les Américains qu’ils aperçoivent du côté de Plougastel.
Un contrôle des batteries a lieu dans l’après-midi et des changement de canons sont réalisés. La batterie C possède maintenant quatre nouveaux tubes, la batterie A trois tubes usés, et la batterie B deux nouveaux et un usé qui connaît un problème d’équilibrage. De nouveaux tubes sont attendus pour bientôt.
Dans la soirée, à nouveau, un spectacle pour la troupe a lieu à Landerneau.

Dimanche 17 Septembre : C’est un jour plutôt calme, qui fait suite à de nombreux tirs durant la nuit précédente. Les hommes sont obligé de prendre avec eux la batterie C du 265th FA Battalion, armée d’obusiers de 240 mm, et d’échanger la batterie du promontoire contre une autre batterie de canons de 8 pouces. Une reconnaissance est envoyé pour chercher de nouvelles positions. Les hommes pensent qu’il vont peut-être se rapprocher encore le lendemain. Le soir, la ville de Brest continue de brûler et de combattre, pendant que sur la péninsule de Crozon, de nets progrès ont lieu.
La population française continue de revenir en ville, procède au nettoyage, et certains commencent à réparer les maisons.
La batterie C du 265th FA Battalion, obusiers de 240 mm, et la batterie C du 256th FA Battalion, canons de 8 pouces, sont rattachés au bataillon à 16h00.

A suivre... Cool
Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Dim 10 Mai 2009, 13:09

Bonjour à tous et bon dimanche !.. Wink

Suite :
Lundi 18 Septembre : Les canons de la batterie rattachée arrivent en traversant la ville de Plougastel vers 8h30, les obusiers vers 11h00, sur des positions de l'ouest de la ville. Brest tombe à 13h30, livrant 7 000 prisonniers. La progression sur Crozon est rapide et le soir seule une pointe est encore aux mains des Allemands.

Mardi 19 Septembre : Le 1st Lt. Thos. R. Ward, de la 522nd compagnie de maintenance lourde jette un œil sur nos nouveaux tubes qui ont déjà pris une couleur cuivre et noircie. Il indique ne pas en connaître la cause et comment y remédier. Les tubes de la batterie C ayant tirés 85 coups, un canon de la batterie B ayant lui tiré 450 coups, le lieutenant indique qu’il va faire un rapport au Corps. Le soir, la dernière résistance de Crozon cesse. Le général Ramcke est capturé.
Un déplacement est prévu sur une zone de campement près de Lesneven pour le lendemain matin. Les ordres de marches sont également donnés aux 243rd et 265th.

Mercredi 20 Septembre : Le réveil a lieu à 06h00. Le mouvement démarre de Plougastel en passant par la limite est de la ville à 9h05, en ordre de marche, la batterie C devant, puis la A, la B, et enfin le QG et les services. L’arrivée à la zone de campement à environ 2 miles au nord-est de Lesneven a lieu vers 10h45. Le bataillon est maintenant rattaché au 402nd Group, du colonel Bacon. La totalité du VIII.Corps doit se rassembler sur cette zone afin de procéder au nettoyage en vue du mouvement suivant. La zone est située sur un très joli secteur avec vue sur l'océan.

Jeudi 21 Septembre : Dans la journée, réorganisation et début de l'entretien courant. Visite vers la plage (de Keremma) où plusieurs kilomètres de côte sont parsemés de barricades.

Vendredi 22 Septembre : Dans la matinée, 4 canons de la batterie C et un de la batterie B sont descendus vers la plage pour étalonnage. Le travail est terminé vers midi. Les obusiers de 8 pouces et les 240 mm nous ont suivis.
Le Colonel dîne au 100th Evac. Hôpital.
Il semble que nous allons rester ici une semaine ou à peu près. Notre priorité pour l'approvisionnement est très faible. Aucun message d'aujourd'hui.
La radio indique que la Airborne Army en Hollande est confronté à une situation critique. Il avait été planifié que la 2nd Army britannique les aiderait, mais elle ne peut le faire. Tout semble s'être ralenti.
Les chiffres officiels indiquent que la garnison de Brest était de 40 000 hommes. Le nombre des hospitalisés s’élève à 6 500. Le Allemands déclarent que nous ne savons pas utiliser notre infanterie.

Samedi 23 Septembre : Un match de softball avec le 740th a lieu durant l'après-midi.

Dimanche 24 Septembre : Visite à Brest, retour à 1700. Il y a plus grand-chose de la ville, mais des tas de décombres. Le génie déblaye quelques rues. Les recherches des corps ont encore lieu, il y a des chevaux morts partout. Nous cherchons les fortifications, puis visitons le phare, qui fut notre point de repère pendant si longtemps, et vu l’endroit où mon deuxième coup l’a touché. Les hommes passent un bon bout de temps à la base sous-marine, laquelle se révèle être une magnifique construction. Le soir, un ordre tombe indiquant de rejoindre le 202nd Gp. pour le déplacement, puis retour au 402nd à l’arrivée à la destination encore inconnue.


A suivre... sunny
Lo
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Dim 09 Aoû 2009, 18:15

Salut !..
J'espère que vous avez passé un bon dimanche !.. sunny Cool

Voici la suite et fin du périple :
Lundi 25 Septembre : Le Colonel Flora de retour du Corps travaille toujours sur l’enquête au sujet des tubes. Le Colonel arrive au Group dans la matinée, et le bataillon fait mouvement dans l’après-midi (…) par Plouvien (…) vers un point situé à 1/4 de mile au nord de Lesneven. L’église de Plouvien est abordée à 15h53, quittée à 16h20, et la nouvelle zone atteinte à 17h00. Le PC s’installe dans une bel abri allemand en béton avec des lits superposés. Le soir, les hommes apprennent qu’ils vont faire mouvement le 28 mars à 8h00 vers le Luxembourg, ou une zone de rassemblement vers Reims.
Ils doivent recevoir une couverture par homme, des pardessus et des couvre-chaussures avant de partir. Le bataillon n’a toujours pas perçu de nouveaux canons ni de tubes.

Mardi 26 Septembre : Le bataillon est rattaché au 202nd Gp. pour le trajet, puis retournera au 402nd dès son arrivée à destination. Le Lieutenant Turner et 2 hommes en jeep quittent le secteur tôt dans la matinée en tant qu’éléments avancés. Les artilleurs organisent une visite au 502nd Ord. à la recherche des tubes, mais ceux-ci ont déjà tous été expédiés à Rennes. Un officier de la maintenance ayant vu les vieux tubes indique que leur état n’était pas du à l'absence de nettoyage, et que le Colonel Flora a reçu ce rapport.
Dans l’après-midi, quelques officiers se rendent à Landerneau pour prendre une douche à la salle municipale. Coût : 5 Francs.

Mercredi 27 Septembre : Préparatifs pour le mouvement du lendemain.

Jeudi 28 Septembre : Départ de Lesneven vers une zone de campement située environ 2 miles à l’ouest de Saint-Aubin. Itinéraire par Morlaix, Guingamp et Dinan. Pause d’une demi-heure à Morlaix pour le déjeuner. Les 561st, 559th, et le 202nd Gp. Hq. font le déplacement en se suivant.
Arrivée à la limite de Dinan à 17h15, un camion et un canon de la batterie B prennent feu, à cause de gaz d'échappement ou d’une cigarette. Le feu s’est déclaré sous le camion, avant de se propager à la poudre. Sur environ 60 yards aux alentours, les hommes ont été soufflés. Le camion a percuté un mur à un carrefour de rues. Le camion est définitivement perdu, le canon très endommagé, mais le tube est peut être encore bon cependant. Une douzaine d’hommes sont envoyés à l'hôpital de Rennes, souffrant de graves brûlures à la tête et aux mains, deux français souffrant eux de blessures légères. Sur le stock de munitions représentant une cinquantaine de tirs, quelques munitions ont explosé. Aide des infirmiers du 1107th Engineers Combat Group. Arrivée sur la zone de campement à 20h30..

Vendredi 29 Septembre : Départ de la zone de campement à 8h35. Le 559th éclaire la route, mais le fait médiocrement. A midi, la moitié a parcouru 60 miles. Un canon de la batterie B sort de la colonne par 3 fois à cause de problème d'allumage du camion, la queue de la colonne entre dans des véhicules du génie causant beaucoup de retard. Finalement, entrée sur le campement à proximité de Chartres à 21h00. 161 kilomètres sont parcourus durant la journée. Trois des hommes seulement légèrement blessé hier sont de retour, les autres sont à l'hôpital de Rennes et de Dinan.

Ainsi s'achèvent les opérations du 561th FAB en Bretagne... Very Happy
Laurent
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  jeremiah29 le Mer 08 Avr 2015, 11:02

Bonjour !
Petit récit complémentaire concernant le The 561st Field Artillery Battalion.

"561st Field Artillery Battalion, Its Combat History"

Affecté à la 3rd Army le 1er août, le 561st Field Artillery Battalion poussa jusqu’à Saint-Aubin-des-Préaux, puis avança vers une zone à l'est de Pontaubault où un groupe dirigé par le Captain Fred F. Huson, l’adjudant-chef Robert J. Burke et le 1st/Sgt. Edward McCartney capturèrent les premiers prisonniers du bataillon. "Bed Check Charlie" (un avion allemand isolé) effectua son trajet nocturne au dessus de la zone à ce moment. Ce jour-là aussi, les blindés du Général George S. Patton se trouvaient bien sur la route à travers la France.

Le bataillon maintint son programme de tirs nourris alors qu’il s’engageait, le 5 août, vers la Campagne de Bretagne. Toujours en soutien général du VIII Corps, mais maintenant renforçant les feux de la 83rd Infantry Division, le 561st FA Bn. concentra son attention sur la ville côtière de Saint-Malo. Quatre jours plus tard, La Citadelle demeurait le seul point d'appui dans la région et l’unité fit mouvement jusqu’à 5 miles à La Motte (?) où elle déplaça ses canons de 400 mils (22.5°) sur la gauche pour tirer à travers l'estuaire sur la ville de Dinard.
Le Lt. Everett W. Andrews, pilote, et le Lt. Robert L. Ravey, observateur, furent tué le 10 août quand un obus ennemi toucha leur avion. L'avion de Andrews vira dans un autre avion de liaison qui volait à ses côtés et les deux avions s’écrasèrent près de Tréméreuc.
Le bataillon dirigea son attention sur La Citadelle le 14 août. La Battery Baker déplaça les sections de canons des Sgt. Otis Keadle et Sgt. James R Williams vers l’avant pour tirer directement sur le point d'appui, pendant que la section de canons du Sgt. Laverne Diebel, Battery Charlie, s’approchait de l'estuaire du côté de Saint-Malo.
À partir de 10h00 le 17 août, les trois sections tirèrent un total de 188 salves vers les portes massives et les emplacements de canons. La Citadelle se rendit en début d'après-midi.

Dans une lettre de félicitations au Lt.Col. Nealy, le général commandant de la 83rd Infantry Division nota : "Je désire féliciter le plus vivement, vous-même et les officiers et les hommes qui ont participé à l‘installation, en tirs directs, des trois canons de 155 mm devant La Citadelle de Saint-Servan. La mise en place fut une dangereuse et difficile mission et l'énergie et l'enthousiasme de tous fut de premier ordre. L'effet que les canons ont eu sur les fortifications fut formidable et je suis sûr que leur feu a joué un grand rôle dans la décision de reddition de la Citadelle avant l'assaut final de l'infanterie. Avec cette réussite derrière vous, j’espère que toutes vos actions futures seront caractérisées par les mêmes enthousiasme et zèle."

Un fait en liaison avec cette action fut écrit par Francis Chase Jr. dans un numéro de juillet du Saturday Evening Post : "Au cours de la réduction de la Citadelle de Saint-Malo, les nazis assiégé dans le fort demandèrent par radio un soutien aérien et l'obtinrent. La première nuit où Jerry (les avions allemands) arriva, je logeais avec une batterie du 561st FA Artillery dans une vieille maison en bois au bord de la ville. Près de moi, dans une maison en bois similaire, vivait une importante famille française, apparemment insensible à la guerre tout autour d'eux. Les gars qui servaient notre batterie rendirent visite à la famille et burent le cidre que le vieux français fit sortir de la clandestinité pour eux."
Le premier survol nazi largua des Butterfly bombs (Sprengbombe Dickwandig 2 kg, ou SD2), des munitions antipersonnelles qui tombaient en tourbillonnant en une centaine de petits paquets de mort subite. Ils atterrirent tout autour de notre batterie. Le vol suivant était chargé d’engins incendiaires. Ils mirent le feu à notre toit en vingt endroits différents et nous passâmes une vilaine demi-heure à éteindre les flammes. Puis quelqu'un remarqua que la maison à côté brûlait de façon désespérée, la charpente commençant déjà à tomber avec fracas.
"Nous nous précipitâmes pour voir si nous pouvions aider la famille et je vis le vieil homme et un ou deux de nos soldats criant et désignant la maison en feu. Puis nous entendîmes les voix des deux autres soldats à l'intérieur. "Prêt, soulève !" criaient-ils, et encore, "Prêt, soulève !". Il était facile de comprendre ce qui se passait. Une charpente en flammes était tombé et avait piégé un membre de la famille à l'intérieur. Les gars essayaient de la soulever et de libérer la victime malheureuse. Nous nous précipitâmes à l'intérieur également. Du bois en feu et des chutes de plâtres tombaient sur nous. A tout moment, nous nous attendions à ce que le toit s’écroule."
Et puis, à la lueur de l'incendie - la seule lumière qu’il y avait - nous vîmes nos deux canonniers, torse nu, noir et brillant de suie et de sueur mêlée. "Prêt, soulevez !" criaient-ils encore, à l'unisson - et le tonneau de cidre qu’ils étaient tellement occupés à sauver du sous-sol déboucha de la dernière marche jusqu'au rez de chaussée." De là, ils sortirent facilement 15 tonneaux de la maison en faisant rouler, et nous vîmes alors que la famille se trouvait en sécurité, car ils étaient rassemblés autour pour encourager les sauveteurs et les embrasser sur chaque joue noircie."
Faisant mouvement le 19 août - maintenant rattaché au 333rd FA Group - pour la progression vers Brest, un canon de la Battery Baker se retourna et il fallut le laisser derrière. La colonne, cependant, se targuait de posséder deux véhicules supplémentaires, une ambulance allemande si cruellement nécessaire aux infirmiers, et un bus plus tard transformé en cuisine pour le QG. Deux nuits plus tard, le bataillon fit mouvement jusqu’à Landerneau et commença à tirer des missions de contrebatterie sur la péninsule de Daoulas et Brest le lendemain matin. Le 1st Lt. Charles R. Turner, le S/Sgt. Wilbur Bolton et le Pvt. Albert Sawyer de l'équipe de surveillance furent blessés lorsque leur jeep fut touchée par un obus de mortier alors qu'ils surveillaient depuis un poste d’observation avancé.
L'attaque principale sur Brest fut lancée le 25 août. On estimait que 30 000 hommes de troupes ennemies s’étaient fortement retranchés dans la ville.
À 22h45 lors de la nuit du départ, un des canons de la Battery Able explosa, tuant le Cpl. George Smith et blessant neuf autres membres de l'équipage. Une batterie de canons de 8-inch du 243rd FA Bn. fut rattaché au bataillon le 27 août alors que la Battery Charlie se déplaçait vers l’avant sur environ 3000 mètres.
Trois jours plus tard, la péninsule de Daoulas était "kaput" et le reste de l’unité poussa vers l'avant jusqu’à des positions proches de Charlie.
Le 4 septembre, le 561st ouvrit le feu sur la péninsule de Crozon et Brest avec des missions de contrebatterie. De temps en temps, un bateau ennemi surgissait donnant l’occasion aux observateurs de s’exercer à tirer sur des cibles mobiles. Un bateau fut coulé par un coup direct.
Le VIII Corps, auquel le 561st était encore rattaché, repassa sous le contrôle de la 9th Army le 5 septembre. Pendant ce temps, le bataillon continua à tirer sur Brest et la presqu'île. Brest se rendit finalement le 18 septembre, Crozon chuta le lendemain. La campagne avait été rude.
Trente FA Bn et quatre Infantry divisions, 2nd, 8th, 29th et 83rd, avaient participé à la bataille. Le 561st FA Bn. avait tiré 8757 salves parvenant à un total à 16 976 salves et 933 missions.

Du Brig.Gen. Van Fleet, commandant la Task Force B, vint l'éloge suivante concernant le 174th FA Group : "Le 174th FA Group a œuvré de manière hautement méritoire, exécutant d’innombrables missions de tir pour le Corps et en appui de la Task Force. Le soutien rapproché, les tirs de contrebatterie et de harcèlement furent très efficaces, et constituèrent d’importants facteurs dans la rapide capture de la péninsule."

Le Colonel H.W. Kruger, CO du 174th, transmis les félicitations au bataillon avec la mention suivante: "L'excellente performance de votre bataillon a grandement contribué à l'efficacité des tirs d'artillerie au cours de cette action. Je désire exprimer ma sincère gratitude aux officiers et hommes de votre bataillon pour leur part à l'excellent travail qui a fait remporter cette mention élogieuse au 174th FA group."

Pendant qu’il se trouvait sur la "zone de repos" près de Lanhouarneau, le Bataillon vérifia la portée et la précision de ses canons, visita les alcôves des sous-marins à Brest et profita de la détente. Lorsque l’unité s’en alla le 28 septembre, la Battery Baker rencontra des difficultés que la colonne traversa Dinan. Le silencieux de l'un de ses camions surchauffa et mis le feu à la poudre. La chaleur de la poudre et des réservoirs d'essence créa une explosion qui projeta des projectiles. Quinze hommes furent brûlés, dont certains grièvement, près du camion et canon.

Reprenant la route Red Ball, le 561st FA Bn. longea Paris le 30 septembre, bivouaqua à Saint-Quentin et traversa la frontière belge le lendemain. S’installant à l'est de Saint-Vith, le bataillon se prépara une fois de plus à prendre contact avec l'ennemi.

_________________
Cordialement... Very Happy
Laurent

Nulla Dies Sine Linea (Pline)
avatar
jeremiah29

Nombre de messages : 1934
Age : 49
Localisation : Nord-Finistère
Emploi/loisirs : nombreux
Date d'inscription : 27/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 561st Field Artillery Battalion...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum