nouveau de Saint Suliac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

nouveau de Saint Suliac

Message  rgof le Dim 11 Mai 2014, 16:24

Bonjour.
Je collecte des témoignages de Suliaçais sur le bombardement des bateaux allemands dans la Rance le 4 août 1944. L'un des témoins m'a parlé d'une DCA installée en bord de Rance à la Villeneuve.
Comment faire pour vérifier cette information ?

rgof

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: nouveau de Saint Suliac

Message  Panzerfaust le Dim 11 Mai 2014, 18:14

Bonjour Rgof,

Bienvenue sur le forum !
La seule solution serait certainement de trouver d'autres témoins de cette période qui pourraient confirmer l'information. Je pense que la majorité des unités de Flak présentes sur Saint-Malo est connue, cependant il reste la possibilité qu'il s'agisse d'une unité anti-aérienne appartenant à une division. Difficile de savoir qui a pu être à cet endroit à ce moment précis. Avez-vous une description de leur équipement ?

A bientôt sur le forum !

Panzerfaust
Admin
Admin

Nombre de messages : 1250
Age : 29
Localisation : EPINIAC (35)
Emploi/loisirs : Sans Emploi Fixe
Date d'inscription : 24/04/2008

http://www.329th-buckshot.fr

Revenir en haut Aller en bas

épave à Saint Suliac

Message  rgof le Lun 05 Jan 2015, 15:03

Au nord du Mont Garrot se trouve une épave en bois encore visible à marée basse dans les années 80 et visible sur la photo de Géo Bretagne 1950. C'est celle de la goélette La Margared de Joseph Pelliard et pas celle du M422 dragueur de mines allemand coulé le 4 août 1944. Cette épave a été découpée et récupérée après le conflit pour pièces et vente de la ferraille. Elle se trouvait dans le chenal entre le Minihic et Saint-Suliac.

rgof

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: nouveau de Saint Suliac

Message  alexelo35 le Ven 30 Déc 2016, 18:09

je suis moi meme suliacais et je fais les memes recherches j'ai deux livres tres intéressant sur la bataille de st malo aout 1944

ref la 3eme armee de patton en bretagne de eric rondel et toujours du meme auteur st malo et la vallee de la rance ete 1944
le premier est assez complet sur la chronologie des evenements sur la festung de st malo

alexelo35

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 30/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

aviso 3 aout 1944

Message  alexelo35 le Ven 30 Déc 2016, 18:22

les seules traces d'un bateau coulé en rance s'agirait d'un aviso dragueur allemand M 24 coulé le 3 aout 1944 apres avoir ete cible par l'artillerie americaine de earnest 83eme di l'aviso fut achevé par l'aviation americaine

sinon l'artillerie americaine avait place un poste d artillerie HILL 72 sur le mont garrot pour bombarder l'estuaire de la rance et l'ile de cezembre

alexelo35

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 30/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau de Saint Suliac

Message  rgof le Ven 30 Déc 2016, 19:09

Voilà le résultat de mes recherches:
Enfants pendant la guerre, ils  se souviennent du 4 Aoùt 1944 à Saint Suliac. (article paru dans Ouest-France en 2014)



Après le débarquement en Normandie, les troupes américaines progressent vers l'Ouest. Pour protéger Saint Malo, les Allemands ont fait creuser un canal qui barre le Marais de Dol entre Saint Benoit des Ondes et Saint Guinoux. Dans la commune de Saint Guinoux dominant la baie 3 blockauss surveillent le marais. A Chateauneuf  ,la route Rennes Saint Malo est protégée par un fossé de La Barbotte à la route nationale 137 sur 900 m, des rails verticaux, trois blockauss et des murs anti chars (on voit encore dans le CAT les vestiges de ces fortifications).Mais il reste une zone jusqu'à la Rance qui n'est pas défendue. Devant l'avancée des troupes alliées , la Kriegmarine entre en Rance jusqu'à Saint Suliac avec 4 dragueurs de Mines (M 412,M 422,M 432,M 452) ,"3 plates formes armées et trois monitors avec coupoles blindées et mitrailleuses à 4 canons, sortes de hérissons flottants qui pilonnent l'espace de 4 kilomètres séparant La Ville es Nonais de Chateauneuf"( les dragueurs de mines  faisaient partie de la 24° flottille de dragueurs de mines constituée le 1 novembre 1942 successivement commandée par le capitaine de frégate Fritz Breithaupt jusqu’au 25 décembre 1944 puis par le lieutenant Karl-Freidrich Mohr). L'infanterie de la 83e division,  arrivée à Chateauneuf,  est stoppée par le feu particulièrement meurtrier qui vient de la Rance. Un avion de reconnaissance parti vers 13 h survole la rivière et découvre l'armada. Deux heures plus tard une vague de bombardiers survole les navires mais aucun projectile n'atteint son but. A 18 h ,4 avions piqueurs , chasseurs bombardiers P 38 ou P 47 attaquent le premier bateau.      Le rapport du Major John c. Carvey G3 Air Liaison Officier du 36th Fighter Group de la 83rd Inf Division indique :
" Le 4 août, Objet: 9 bateaux ennemis, positionnés devant la ville de Saint Suliac. Suite à l'attaque de nos appareils, tous les navires sont touchés et fortement endommagés, en fuite vers Saint Malo. Un dixième navire, a été aperçu et laissé en flammes devant la ville du Minihic, dans l'attaque de ce navire, un appareil a été perdu (P47) tombé en flammes dans ce secteur, pas de parachute aperçu".
  A l'occasion du 70e anniversaire de la libération de la France , des témoins se souviennent. Ernest Bironneau , réfugié chez sa grand-mère, avait 4 ans. "Caché dans les garennes à renards, j’ai sorti la tête du trou et j’ai vu des avions qui semblaient sortir du clocher de Saint-Suliac avant de piquer sur les bateaux allemands mouillés sur la Rance. Une bombe a percuté un navire, des marins ont été projetés à l’eau alors que le bateau commençait à couler…Un avion a fait demi-tour, est revenu sur sa cible et l’a mitraillée avant de disparaître. Beaucoup de marins ont été tués et ceux qui ont réussi à regagner la rive ont été capturés par les habitants. Peu après, de petites voitures sans portières, des jeeps, sont arrivées dans le bourg. Des hommes très grands en sont descendus et nous ont distribué des friandises. " Un malouin Anthime Thomas raconte:" Le commandant Allemand, le colonel Von Aulock ordonne l’évacuation de la population de Saint Malo. Nous habitions alors face à l’église de Paramé, mes parents et mon frère Georges de 3 ans. Mon frère était dans un panier que mon père avait installé derrière le guidon du vélo de ma mère tandis que moi qui avais 7 ans étais sur une selle fixée sur le cadre de mon père. Ce 4 août 44, nous prenons donc la route et traversâmes Saint Jouan par la route nationale( la quatre voies n’existait pas) puis Châteauneuf avant d’arriver à la hauteur de Saint Suliac où on nous indiqua que l’on ne pouvait pas aller plus loin, des combats ayant lieu dans le secteur et qu’il était préférable de descendre dans le bourg vers la Rance. Nous entrons à Saint Suliac et trouvons à être hébergés dans une maison de la rue du Pavé qui descend au port au N° 11 ou 13, je ne sais pas exactement. La famille du lieu nous installe dans une chambre et nous donne le soir de quoi nous restaurer. Des bateaux allemands sont mouillés dans la Rance entre le port et le Minihic en face. Dans la nuit, une alerte est donnée et nous devons rejoindre la cave pour nous protéger. Ce sont les avions Américains qui viennent bombarder les bateaux. L’alerte passée nous regagnons la chambre à l’étage. Le lendemain matin, des bruits de bottes désordonnés dans la rue nous réveillent. On regarde à la fenêtre et nous voyons des soldats allemands, en uniforme mais dans une allure très peu martiale qui descendaient en direction de la Rance. Ils allaient au bout du quai qui prolonge la rue pour jeter leurs armes dans la mer et ensuite se rendre aux forces libres de la ville. Nous passons une partie de la journée sur la plage, le long du Mont Garrot de peur de nouveaux bombardements qui auraient pu toucher les maisons. En milieu d’après-midi, après que mon père et un groupe d’hommes soient allés aux renseignements, nous reprenons la route vers Plumaugat."
Le dragueur de mines M 422 a coulé entre Saint Suliac et le Minihic sur Rance. Appartenant à la 24e flottille de dragueurs de mines ce navire de 62 m de long atteignant 15 noeuds avec son moteur de 800 cv,  était fortement armé de 5 canons, 2 mitrailleuses, 4 lance-fusées,  servi par 75 hommes d'équipage. 25 marins furent blessés et 2 tués dans le naufrage.
Félix Tudoret , habitait la ferme des Clos de Brons et son père avait creusé une tranchée dans le jardin familial en bord de Rance. Il se souvient : « Nous étions une dizaine dans l’abri .. Après le départ des avions je suis sorti pour voir. Les marins sautaient à l’eau. Je suis allé dans le jardin des grands parents qui bordait la route de Garrot, caché derrière une haie, j’ai vu les blessés transportés sur des civières jusqu’au Patronage qui avait été réquisitionné. Les rideaux de la scène ont été arrachés pour faire des pansements…» Son beau-frère Joseph Jambon habitait la boulangerie au centre du bourg. La famille se réfugiait sous une citerne pleine d’eau « On entendait les éclats d’obus qui tombaient sur les toits des maisons du bourg. » Quelques années plus tard, l’épave ramenée au port à La Ville Neuve a été découpée et emportée par des ferrailleurs.
Merci pour ton info sur une batterie US au Mont Garrot.

rgof

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: nouveau de Saint Suliac

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum