Compagnie F.F.I de Guipavas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Compagnie F.F.I de Guipavas

Message  Invité le Ven 01 Avr 2011, 05:00

Lt Bourvéau à Lt colonel Faucher
résumé des opérations effectuées depuis le 6 aout 1944.


Le 6 août à 16 heures, apprenant que les troupes américaines commençaient à passer à proximité de Guipavas, j'ai attaqué avec une dizaine d'hommes armés de mitraillettes Sten et de six fusils Lebel (plus 3 grenades) un petit poste allemand situé sur la route de Guipavas au village de Saint-Divy ; après une heure environ de tir, les Allemands, croyant avoir affaire à une troupe plus forte, se retirèrent en mettant le feu à un des postes, poursuivis par nous ; nous fîmes 9 prisonnier, plusieurs autres blessés purent atteindre Guipavas où ils déclarèrent que tous les "terroristes" de la région se trouvaient dans ce coin.

Dans le poste, je pus récupérer 80 fusils allemands, plusieurs caisses de grenades, un mortier et du matériel, ceci me permis d'armer aussitôt une partie de mes hommes (90 environ).


Le 8 août, recevant du Capitaine Gorgeux, commandant la place de Plabennec, un appel à l'aide pour protéger la ville entourée par près de 2000 boches, j'ai déplacé toute ma compagnie forte de 120 hommes, et durant 5 jours, nous avons occupé les secteurs les plus menacés de Plabennec ; au cours de ces 5 jours, nous avons tué une dizaine d'Allemands et fait prisonniers 84 boches, dont un lieutenant et 6 sergents.

Le 14 août, sur ordre du commandement, j'ai déployé ma compagnie sur une ligne allant de Kersaint jusqu'à la route du Drennec, afin d'enrayer les infiltrations de boches essayant de rejoindre Brest ; durant cette période, 52 Allemands furent faits prisonniers, 16 furent tués au combat.

Le 20 août, je recevais l'ordre de tenir la ligne Kervao - Guipavas - Kerivoas - le Comte. Après occupation de cette ligne, je dus évacuer sur l'ordre du commandement américain en raison des violents tirs d'artillerie allemande(c'est alors que j'eus mes deux premiers blessés, Prigent et salou).

Retiré sur des positions allant de la route de Saint-Divy à la route de Landerneau, nous avons effectué dans toute la région de nombreuses patrouilles, au cours desquelles un de mes hommes, Louis L'Her, a été tué ; 22 prisonniers et ... "confisqués" par les américains.

A partir du 20 août, 18 de mes hommes ont été mis à la disposition de l'armée américaine, et sont montés en premières lignes dans la région de Gouesnou, Lambézellec, Brest, Kerhuon. 3 de mes hommes sont partis depuis cette date avec le Lieutenant Francois Aicart et se sont particulièrement distingués.

Devant l'afflux des réfugiés venant de Brest, les affaires civiles américaines et le C.I.C m'ont demandé de faire la police des réfugiés, ordre que j'ai exécuté avec la collaboration du lieutenant Walter et de l'aspirant français Dupré.

sur la demande du colonel O. Keller, commandant les affaires civiles, j'ai ensuite occupé la route de Gouesnou jusqu'au bourg de Guipavas, et la route du Relecq-Kerhuon pour bloquer ces deux routes et empêcher toute infiltration de fuyards allemands durant l'attaque finale de Brest.

Brest étant tombé le 18 septembre, j'ai reçu du colonel Keller l'ordre de bloquer les routes menant de Plouguerneau à Brest pour enrayer les passages de réfugiés en direction de cette ville.

A Guipavas, le 19 septembre 44

Cette histoire vient du rapport du lieutenant Bourvéau, commandant de la compagnie de F.F.I de Guipavas sur l'ensemble des opérations menées depuis le 6 août 1944.

Bourvéau à la fin de la guerre s'est engagé dans la Légion, a combattu en Indochine, puis en Algérie.
Il est décédé dans les années 80 et repose au cimetière de Guipavas.


Je tiens à remercier Bruno Paugam pour sa gentillesse et sa disponibilité.

cordialement
Martial

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Compagnie F.F.I de Guipavas

Message  Invité le Mer 07 Sep 2011, 15:08

En complément,

liste des pertes de la compagnie depuis le 6 août 1944
date de leurs entrées en action officielle.


Jean Prigent éclats d'obus.
Salou jean Idem
L'Her Louis tué en rentrant de patrouille
Ségalen robert blessé au pied d'une balle de "mitraillette"
Madec Francois blessé en sautant sur une mine.

cordialement

M

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum