Le Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot"

Message  doucet le Lun 21 Fév 2011, 21:42

Pour changer de mes 'chers' américains
bonne soirée . JMD

A la fin de la Première Guerre mondiale, il existait en Bretagne un mouvement nationaliste relativement puissant. En 1932, le PNB (Parti National Breton), dont l’objectif officiel était de conquérir l'indépendance de la "France colonialiste", est fondé.Le mouvement se radicalisera rapidement et plusieurs attentats "antifrancais" seront perpétrés. Après une tentative avortée de fonder un Etat breton en juillet 1940, le PNB avec R. Delaporte à sa tête, déclare tenir une position qui se dit neutre entre les Allemands et la Résistance tout en demeurant clairement anti-vichyssoise.
"Ni Allemands, ni Français, Bretons !".

Pour autant, son action prend clairement l’allure de collaboration politique d’autant plus que, immédiatement après l’invasion, les autorités allemandes, particulièrement la Wehrmacht, fait montre de sympathie envers ce mouvement, malgré les protestations du gouvernement de Vichy. Mais la Résistance est puissante en Bretagne. Le 4 septembre 1943, Yann Bricler, chef de la section locale du PNB, est exécuté à Quimper.
Le 12 décembre, un maquisard FTP exécute Yann-Vari Perrot, un prêtre animateur du groupe catholique nationaliste breton "Bleun Brug" (Fleur de Bruyère).
Célestin Lainé, un activiste qui a organisé plusieurs attentats anti-Français en Bretagne avant la guerre, réclame vengeance. Avec l'aide de la branche locale du Sipo-SD, il crée le "Bezen Perrot" (Formation Perrot) enregistré par les Allemands comme le "Bretonische Waffenverband der SS" (Détachement armé breton de la SS).
Au sujet des "circonstances" ayant présidé à la création du Bezen Perrot, il convient cependant d’être très prudent. De petits réseaux nationalistes bretons existaient avant le 12 décembre 1943 et faisaient du "renseignement" pour le compte des Nazis, dont entre autres le Bezen Kadoudal et le Bagadou Sturm. Citons par exemple leur infiltration du réseau FFI Gallais, démantelé en octobre 41. Huit résistants bretons seront décapités à Munich le 21 septembre 1943 : René Gallais, Raymond Loizance, Marcel Pitois, Antoine Ferez, Louis Richer, François Lebosse, Jules Rochelle, et Jules Frémont.
Il ne ne s’agit donc là que d’une mutation, d’un durcissement. Par ailleurs, des recherches en cours depuis l’ouverture des archives en 2004 tendent à montrer que Yann-Vari Perrot n’était pas simplement un pacifique prêtre breton mais en fait un animateur très actif de ces réseaux de délation et que son exécution, aussi bien que celle de Bricler, ne soit pas le fait d’une initiative des FTP locaux. L’ordre est venu directement de Londres, probablement via le BCRA, suite à enquête.

Moins de 100 volontaires ont été recrutés, les chiffres cités par plusieurs sources variants de 62 à presque 80. Certains viennent du Bagadou Sturm (Groupe de combat) constitué en 1941 au sein du PNB par Yan Goulet (1914-1999) qui se réfugiera en Irlande en 45. Les Allemands interdisent l'utilisation de tous les insignes bretons distinctifs, ils portent donc l’uniforme standard de la SS. Cependant, il semble que certains d'entre eux arboraient une croix celtique pendant les combats, mais cela ne peut pas être confirmé. Le groupe (une trentaine d’hommes au départ) est installé à Rennes, caserne du Colombier et est engagé contre les Maquis et la Résistance à partir de mars 1944. Sur le plan militaire, l'unité dépend du Hauptscharführer Hans Grimm, dit Lecomte, du Sicherheitsdienst (S.D.) de Rennes, l'Obersturmbannführer Pulmer assurant le commandement direct des unités Ils seront détachés par petits groupes dans les Kommandanturen allemandes ou formeront diverses unités d’intervention contre les maquis. Ils agiront parfois en civil, ce qui les fera détester plus encore par la Résistance, les considérants comme des indicateurs.Notons au passage la flagrante contradiction qui, apparemment, ne les a pas gênés : s’étant engagés au nom du nationalisme breton et contre la France, c’est essentiellement contre des maquis bretons, et très bretonnants pour la plupart, que les Bezen Perrot se battirent.Certains de ces "combats" se déroulèrent "à la loyale" : Attaque frontale de Maquis localisés grâce aux délations. D’autres, arrestations arbitraires de voisins et familles, tortures, assassinats de "suspects terroristes", exécutions sommaires de résistants, permettent de classer le Bezen Perrot au même niveau que les plus criminels des francs-gardes de la Milice. Ils portaient le drapeau Breton, croix noire sur fond blanc, mais ne l’ont pas honoré. D’autres l’ont fait pour eux.

Un exemple, parmi d’autres : Albert Torquéau, né à Rostrenen, professeur de collège, chef d'un groupe de résistants, fait prisonnier au cours d'un ratissage et torturé, fusillé le 16 juillet 1944 à l'âge de 24 ans comme Marcel Sanguy, 35 ans, et cinq autres résistants, près de la voie ferrée Guingamp-Carhaix, aux abords du village de Garzonval, en Plougonver.

Citons aussi Mesdames Ambroise Josse et Céline Maubre, assassinées ainsi qu’Armand Maubre dans le bois de Menoray en Locmalo le 2 août 1944.
En août 44, devant l’avance alliée, le Bezen Perrot doit faire un choix. Philippe Aziz, dans "L'histoire secrète de la Gestapo en Bretagne", paru en 1975, écrira :
"Pendant toute la journée du 1er août, Célestin Lainé lance ses lieutenants Ange Péresse et Léon Jasson à la recherche des "gours" du Bezen afin que ceux-ci rejoignent la rue Lesage, centre de rassemblement. Il se rend à deux reprises rue Jules Ferry, au siège de la Gestapo, pour mettre au point avec Pulmer les modalités du repli et organiser les convois et les itinéraires. Le 1er août au soir, un premier contingent de trente membres du Bezen, mêlé à un groupe d'employés de la Gestapo, prend la route. Le 2 août, le reste de la troupe suit. Il y a, outre les autres gours du Bezen, l'imprimeur de "l’heure bretonne", Marcel Guieysse, sa femme et leur fille Denise, Mme Peresse et ses enfants; Roparz Hemon, fondateur de l'Institut celtique; Jos Youenou, beau-frère de François Debeauvais ; Françoise Rozec-Andouard, alias Meavenn"

Le 3 août 1944, le 8ème corps d’armée US entre à Rennes que la Wehrmacht avait évacué la veille. Les Bezen restés sur place (au moins certains de ses membres ou sympathisants comme Marcel Guiyesse, Roparz Hemon) se replient également vers l’est. A l’étape de Paris, les "désertions" se multiplient : certains (comme celui qu’on surnomme Tintin la Mitraille) rejoignent les FTP, d’autres les FFI (Le Bihan, entre autres) et quelques-uns uns enfilent discrètement des vêtements civils.Durant sa fuite vers l'Allemagne, le Bezen Perrot se signale à Troyes par l'exécution sommaire de résistants sortis de leur geôle (Xavier Théophile, André Geoffroy, Chevillotte, dit Bleiz).Les rescapés ont fini dans la région de Tubingen. Les derniers ont été incorporés dans quelques unités spéciales alors que quelques-uns uns choisirent de rejoindre les formations Waffen-SS actives comme la Division Charlemagne. Quand l'Allemagne s'est rendue, plusieurs, comme Lainé, sont parvenus à trouver refuge en Irlande. Certains sont restés en Allemagne, aidés par des civils allemands, alors que d'autres étaient arrêtés en Allemagne ou France.Sur l'ensemble des Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot", trois sont morts au combat, un a été exécuté par le maquis, un est mort durant un interrogatoire effectué par la résistance et un (qui avait "retourné sa veste") a été exécuté par les Allemands. Le cas Bezen Perrot et d'autres cas de collaboration furent traités par la Cour de Justice établie à Rennes en 1944. Ses pouvoirs furent transférés au Tribunal Permanent des Forces Armées à Paris le 1er février 1951 qui était chargé de revoir tous les cas. Parmi une douzaine de bretons exilés en Allemagne de 1946 à 1948, 5 furent condamnés à mort par contumace dont Yann Bourc’hiz. Une demi-douzaine, arrêtés en France, furent exécutés.

Liste des membres connus du Bezen Perrot :

1. SS-Untersturmführer Célestin Laine (Neven Hénaff) – Premier commandant de l’unité. Réfugié en Irlande. Condamné à mort par contumace. Décédé en 1983.
2. SS-Sturmscharführer Ael (Ange) Peresse alias Cocal - Adjutant Condamné à mort par contumace. Naturalisé allemand après la guerre. Décédé à Munich en 1984.
3. SS-Untersturmführer Wild (Alsacien) – 2ème commandant de l’unité.
4. SS-Haupsturmführer Hans Grimm alias Lecomte (Alsacien) – Commandant nominal.
5. SS-Oberscharführer Erich Froeboese (Allemand) Quartier Maître
6. SS-Oberscharführer Maout
7. SS-Oberscharführer Alan Heussaf – Commandant la 2eme Compagnie. Condamné à mort par contumace. Réfugié en Irlande, décédé en 1999.
8. SS-Mann Marcel Bibe – Le plus jeune du Bezen Perrot, condamné à une peine de prison le jour ou Jasson fut condamné à mort.
9. SS-Oberscharführer Léon Jasson – commandant de la 1ère Compagnie, exécuté le 17 juillet 1945
10. SS-Muzikmeister Polig Guirec, étudiant en droit, il était le joueur de cornemuse du Bezen Perrot et jouait l’appel du matin.
11. SS-Mann Larnikol de Plovanaleg
12. SS-Mann Lezet de Saint-Malo
13. SS-Mann Jean Chanteau (alias Mabinog)
14. SS-Mann Yves Le Négaret, LVF de juin 43 a mai 1944, rejoint le Bezen Perrot le 6 juin 1944
15. SS-Mann Louis Feutren 'Le Maître'
16. SS-Mann Youenn Le Noac'h 'Ruzik'
17. SS-Mann Yann Bourc'hiz 'Guével'
18. SS-Mann René Guyomarc'h
19. SS-Mann Yan Guyomarc'h, frère du précédent.
20. SS-Mann Alphonse Le Boulc'h
21. SS-Mann Foix 'Eskob' ou 'Bishop'
22. SS-Mann Auguste Le Deuff (Le premier mort, tué par un résistant capturé qui avait réussi à cacher un pistolet dans son béret)
23. SS-Mann Yann Laizet (ou Le Nezet) 'Stern' (Mort en 44 lors d’un affrontement avec la Résistance)
24. SS-Mann Jean Larnicol 'Gonidec' (Mort avec Stern)
25. SS-Mann Yann Louarn 'Le Du' (Exécuté par la Résistance)
26. SS-Mann Job Hirgair 'Ivarc'h' (Mort en Allemagne au cours d’un bombardement)
27. SS-Mann Joseph Le Berre 'Kernel' (Mort à Paris mais au sein des FFI ! )
Guy Vissault de Coëtlogon n’était pas membre du Bezen, mais d’un petit groupe d’informateurs recrutés directement par le SD de Rennes. Exécuté.

doucet

Nombre de messages : 137
Age : 57
Localisation : PLOUZANE
Date d'inscription : 04/12/2010

http://familledoucet@free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot"

Message  iwann le Lun 21 Fév 2011, 22:43


3. SS-Untersturmführer Wild (Alsacien) – 2ème commandant de l’unité.
4. SS-Haupsturmführer Hans Grimm alias Lecomte (Alsacien) – Commandant nominal.
5. SS-Oberscharführer Erich Froeboese (Allemand) Quartier Maître

Ces 3 personnes étaient des membres du SD de Rennes et non du Bezen

iwann

Nombre de messages : 450
Localisation : 56
Date d'inscription : 12/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot"

Message  tual le Jeu 20 Sep 2012, 22:09

27. SS-Mann Joseph Le Berre 'Kernel' (Mort à Paris mais au sein des FFI ! )

Il a même obtenue la mention MPF et est présent sur la base mémoire des hommes


tual

Nombre de messages : 10
Age : 34
Localisation : Landéhen
Emploi/loisirs : Enseignant
Date d'inscription : 18/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot"

Message  orpo57 le Lun 02 Sep 2013, 02:27

Le statut du Bezen Perrot est particulier.
En effet, l'appellation "Bretonische Waffenverband der SS" indique qu'il s'agit d'un groupe armée breton de la SS. En fait il s'agissait d'une unité de police auxiliaire de la SIPO SD.

ils ne font pas partie de la Gestapo ni du SD. seuls les allemands de la hiérarchie en font partie comme le SS-Hauptscharführer Grimm qui est un policier alsacien ayant opté pour la nationalité allemande et était membre du service de renseignement de la SS (Sicherheitsdienst ou SD) le bureau VI du KdS Rennes.
Il faut se rappeler que le chef du SD en France à partir de 1943 était Hermann Bickler un autonomiste alsacien qui est devenu Kreisleiter du Nsdap à Strasbourg mais est entré en conflit avec le Gauleiter Wagner administrateur civil pour l'Alsace. Il a été mobilisé en 1943 comme spécialiste SS (SS-Fachführer) au SD avec le grade de SS-Sturmbannführer.. Il a récupéré Grimm qui avaient l'avantage d'être bilingue et surtout de comprendre la psychologie des français pour mieux les rallier à la cause de l'occupant dans la lutte contre la résistance.

les membres du Bezen Perrot sont détenteur d'un ausweis (laisser passer) qui précise que "le ressortissant français xxx dépend du KdS de Rennes. Il est habilité à porter sur lui une arme à feu et à porter l'uniforme de la SIPO SD. il est autorisé à circuler dans les rues pendant le couvre feu"

Georges

orpo57

Nombre de messages : 51
Age : 64
Localisation : Metz
Emploi/loisirs : histoire et voyages
Date d'inscription : 02/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Bretonishe Waffenverband der SS "Bezzen Perrot"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum